[Sciences] Plantes : remède ou poison ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Sciences] Plantes : remède ou poison ?

Message  Invité le Jeu 4 Oct 2012 - 17:30

Cette fiche est destinée à tous les récits historiques, policiers, fantasy ou autre utilisant les plantes à usage médical ou criminel par empoisonnement.

ATTENTION : selon les plantes, la toxicité peut provenir des feuilles, des fruits, des racines (de l'eau, pour le muguet, par exemple !)... Veillez à bien vous renseigner avant d'introduire une plante dans votre récit.
En cas de besoin de renseignements plus exhaustifs sur une plante en particulier et sa place dans l'histoire et les moeurs, vous pouvez me demander, mais allez au préalable vous renseigner sur internet, sur des livres, s'il est susceptible que vous trouviez la réponse de vous-même...


:/!\: DANGER : N'utilisez JAMAIS ces plantes chez vous !! Ne faites pas de tests ! Tout est question de dosage à des milligrammes près et un mauvais usage peut mettre en danger votre santé !


___________________________________________

Poisons

Aconit tue-loup : agit sur le système nerveux, toxique à forte dose. Utilisée pour tuer scorpions et grands carnivores. (racines charnues et tubercules sont les plus toxiques. 12G suffiraient à tuer un homme)
Cigüe
Colchique (1mg)
Cytise
Daphné
Ellébore (disait soigner la folie + on en enduisait les flèches)
If
Laurier-rose
Muguet (eau du muguet)
Oenanthe safranée
Bouton d'or (ou Renoncule âcre)
Ricin
Tulipe
Vératre

________________________________________________

Abortifs

Aristoloche → mutagène, génotoxique et cancérogène
Armoise
Hysope
Rue fétide
Sauge

____________________________________________________

Soins

Aconit tue-loup : contre les névralgies (en particulier faciales)
Actée : contre le cancer du sein, les menstrues trop douloureuses
Ancolie : pour soigner les plaies et les ulcères, soulagement des aphtes
Anémone : contre la gale ou la teigne
Arnica : contre les piqûres d'insectes, les gingivites et les aphtes
Arum : résorbe les ecchymoses, contre les affections chroniques des voies respiratoires
Belladone : contre les fortes fièvres enfantines
Bryone : contre rhumatismes, inflammations séreuses et maladies du système respiratoire. Anti-poux.
Buis : tout-terrain !
Chanvre : contre crises de gouttes et rhumatismes. Soulage les infections urinaires. Diminue les effets des chimiothérapies.
Chélidoine : contre les panaris, les vers intestinaux.
Cigüe : contre les troubles nerveux, les névralgies, le tétanos, l'épilepsie, les convulsions infantiles, les paralysies, la cystite et les problèmes dermatologiques.
Clématite : contre les ulcères
Consoude : cicatrisation (racine)
Cornouillers : contre diarrhées et paludisme
Digitale : contre les morsures de serpents
Drosera : contre coqueluche et les quintes de toux
Euphorbe : purgatif
Fougère : vermifuge (racine), contre les rhumatismes, les sciatiques, les lombalgies et les crampes.
Genévrier Sabine : contre abcès, tumeurs, ulcères. Servait à expulser les fœtus morts-nés.
Houx : contre la fièvre
Raisin d'amérique : contre les douleurs et les affections du sein, soulage le mal de dos et la syphilis.
Tamier : contre les ecchymoses

____________________________________________

Autre

Asaret : vomitif (7 ou 8 feuilles dans une tasse d'eau bouillante), utilisé après les beuveries excessives
Belladone : hallucinogène
Berce du caucase : pour impuissance masculine ou frigidité féminine ! (plante qui brûle au contact)
Bourdaine : laxatif
Chanvre : stupéfiant
Datura : sentiment d'ivresse et délire furieux
Euphorbe : éloigne les rongeurs
Genévrier Sabine : contre parasites (poux, mites...)
Jonquille : très puissant vomitif
Jusquiame : analgésique, hallucinogène, « sérum de vérité »
Lierre : contre l'ivresse et la cellulite
Lyciet : aphrodisiaque, antioxydant puissant
Mandragore : puissant anesthésiant
Millepertuis : contre les coups de soleils
Ortie : on peut faire un mini feu d'artifice avec la tige (oui, c'est inutile, mais c'est trop KWIOUL !)
Pavot : somnifère
Rhubarbe : pour nettoyer les casseroles ou outils en cuivre !
Saponaire : pour laver le linge !
Scille : mort aux rats ; purgatif puissant
Séneçon : toxique pour les chevaux

_____________________________

Référence : L'Herbier Toxique de Bernard Bertrand, Editions Plume de Carotte




Dernière édition par Ielenna le Jeu 4 Oct 2012 - 19:08, édité 1 fois
avatar

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le poison dans la nature

Message  Invité le Ven 17 Mai 2013 - 20:21

Les champignons toxiques

Les amanites phalloïdes et tue-mouches sont des champignons mortels ou hallucinogènes.

L'amanite phalloïde est une espèce courante dans les bois de feuillus et de conifères d'Europe. Ce champignon qui ressemble à certaines espèces comestibles, comme l'amanite citrine, a un goût agréable. Les manifestations de sa toxicité n'apparaissent qu'au bout d'un certain temps. L'amanite phalloïde possède un chapeau vert, exceptionnellement blanc, dont la moitié ingérée suffit à tuer un adulte.

L'amanite tue-mouches, appelée parfois « fausse oronge », est facilement reconnaissable à son chapeau rouge portant des flocons blancs. Ces flocons peuvent disparaître quand l'amanite vieillit, la faisant alors ressembler à l'oronge (ou amanite des Césars), un champignon comestible. L'amanite tue-mouches doit son nom au fait qu'elle a longtemps servi comme insecticide. L'intoxication par l'amanite tue-mouches peut avoir des conséquences gastro-intestinales et neurologiques graves.

De nombreux autres champignons sont toxiques, comme les coprins, qui contiennent de la coprine, et les lépiotes, dont la toxine est l'amanitione (la même que celle des amanites). Le gyromitre, aussi appelé « fausse morille », est un champignon ressemblant à la morille mais particulièrement toxique, voire mortel quand il est consommé cru. Les toxines du gyromitre peuvent être détruites par chauffage à de hautes températures. En revanche, cru, le gyromitre provoque des nausées, des vomissements, des diarrhées, altère le foie et d'autres organes, ce qui peut entraîner la mort.

Source :
http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/biologie/d/poisons-histoire_1676/c3/221/p7/


Dernière édition par Inspiration Lunaire le Ven 17 Mai 2013 - 20:43, édité 1 fois
avatar

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Sciences] Plantes : remède ou poison ?

Message  Invité le Dim 19 Mai 2013 - 1:11

Les plantes toxiques

Aconit

Les aconits (Aconit Loup, Aconit Napel, Char de Vénus) sont des espèces de plantes vivaces herbacées à souche tubéreuse, dont les feuilles sont palmées avec des divisions lobées. Les fleurs forment des grappes érigées. Le périanthe est composé de 5 pièces pétaloïdes, la supérieure en forme de casque abritant des nectaires destinés à attirer les insectes pollinisateurs (abeilles, bourdons). Nombreuses étamines. Le fruit est formé de 5 follicules. Il existe une centaine d'espèces réparties dans les régions tempérées de l'hémisphère Nord, pratiquement toutes toxiques, plusieurs mortelles. Aconitum napellus est l'espèce de plantes la plus toxique d'Europe : selon les spécialistes, il suffirait d'ingérer entre 1 à 3 grammes de sa racine pour provoquer une réaction mortelle dans l'heure qui suit. Cette plante est appelée la reine des poisons. Les effets sont un engourdissement des muqueuses, des troubles de l'équilibre, une dépression cardiaque.

Actée

L'Actée en épi (Actaea spicata) est une espèce d’arbrisseaux de la famille des Renonculacées. Ses baies sont très toxiques, voire mortelles en cas de trop forte ingestion. Les effets sont une irritation du tube digestif, un délire.

Airelle rouge

Les baies sont susceptibles d'être mal supportées. Les effets sont des céphalées et des vomissements à forte dose.

Andromède glauque

Le feuillage est bleuté et étroit. L’ébullition de ses feuilles libère un poison dangereux. C'est un arbuste d'environ vingt-cinq centimètres, qui pousse à l'est des États-Unis. Ses fleurs rose pâle sont en forme de cloche étranglées au sommet. Certains amérindiens utilisaient certaines parties de la plante pour en faire des infusions. L'infusion, jaune pâle, ne gouttait rien, mais dégageait des effluves de rose.

Apocyn chanvrin

L'apocyn chanvrin est propre à l'Amérique du Nord, mais pousse également transcontinentalement. Il possède de toutes petites fleurs, d'un blanc verdâtre, et de petites feuilles vertes. La tige est rougeâtre. On peut utiliser la fibre de l'Apocyn pour faire des tissus (les amérindiens l'utilisaient). Le ryzhome (la racine) de l'Apocyn contient des substances qui permet de renforcer un coeur faible. Il faut faire attention. Si on dépasse de très peu la quantité de substance à utiliser du ryzhome, la dose devient mortelle. Une dose excessive provoque des vomissements, de la diarrhée, des étourdissements, des sueurs froides, une vision des objets en jaune ou en vert. La personne urine partout... Le cœur ralentit ensuite, et la mort survient après des convulsions. On utilisait cette plante pour enduire les pointes de flèches et pour les supplices.

Arnica

Les fleurs sont toxiques mais à faible dose ou en homéopathie, l'arnica est utilisé comme médicament. Les effets sont des brûlures de la gorge, des céphalées, une accélération du pouls, des troubles respiratoires. Risque mortel à très forte dose seulement (ingestion d'une poignée de fleurs).

Arum

Les petits épis de baies rouge-orange, qui attirent le regard dans les sous-bois en automne, signalent la présence
d'Arum maculatum. Les baies d'arum sont toxiques. D'une saveur douce au premier abord, elles entraînent quelques minutes après l'ingestion un gonflement douloureux des lèvres et de la langue ainsi qu'une irritation intense des muqueuses de la bouche. Toutes les parties de la plante sont vénéneuses et potentiellement dangereuses. Les baies rouges (3 à 4 mm) sont groupées en épis en haut d'une courte tige. Les effets sont une brûlure de la bouche, une hyper-salivation, un œdème (gonflements de la bouche et de la gorge), un risque d'étouffement, des douleurs digestives, des vomissements, de la diarrhée, une dilatation des pupilles. Si la quantité est importante, coma et mort.

Belladone

La belladone (Atropa belladonna) est une plante herbacée vivace de la famille des Solanacées. Elle est parfois appelée Belle Dame, Bouton-noir, Cerise du diable, Guigne de côte, Herbe empoisonnée, Morelle furieuse, Morelle marine ou Permenton. Les fruits sont des baies noires luisantes de la taille d'une cerise, bordée de feuilles en étoile à 5 branches. Toutes les parties de la plante sont très toxiques pour l'humain. Elles contiennent divers alcaloïdes, dont l'hyoscyamine et l'atropine. Cette plante peut se révéler très toxique, ses baies noires contenant de l'atropine, substance active sur le système nerveux du fait de ses propriétés anticholinergiques. La plante est entièrement dangereuse, même si certaines parties sont utilisées en médecine. Les effets sont une rougeur de la face, une sécheresse de la bouche et des muqueuses, une soif intense, une faiblesse musculaire, de la tachycardie, de l'hyperthermie, des hallucinations, une dilatation des pupilles, une délire, de l'agitation. La mort peut survenir par paralysie des voies respiratoires. Deux ou trois baies tuent un enfant, une dizaine un adulte et les animaux (escargots, oiseaux, lapins,...) qui en ont mangé deviennent eux aussi toxiques.

Berce du Caucase

La Berce du Caucase ou Berce de Mantegazzi (Heracleum mantegazzianum), est une plante herbacée de la famille des apiaceae. Cette plante peut se révéler toxique et est considérée en Europe comme une espèce invasive. Cette plante produit une toxine photo-toxique appelée furanocoumarine (photo-toxique signifie qu'elle réagit si on l'expose à la lumière). Cette toxine, présente dans la sève, provoque des inflammations et des brûlures de la peau. Si l'on n'expose pas à la lumière la zone infectée pendant plusieurs jours, la réaction ne se déclenche pas. La sève est incolore et inodore, et les cloques provoquées peuvent atteindre la taille d'une pomme de terre. Les séquelles de la photo-toxicité de la sève de la berce du Caucase n'apparaissent qu'après plusieurs heures et peuvent persister durant des années. En cas de contact de la peau avec de la sève, il faut éliminer la sève le plus rapidement possible, en prenant soin de ne pas étendre la surface de la zone touchée : enlever la sève de la peau avec un papier absorbant sans frotter, puis laver au savon, et rincer abondamment à l'eau l'endroit atteint. Ensuite, il faut éviter l'exposition de la zone touchée à la lumière durant plus de 48 h, le temps de la disparition de l'effet photo-sensibilisateur. Si les yeux sont atteints, les rincer abondamment à l'eau claire puis porter des lunettes de soleil pour réduire leur exposition à la lumière et consulter un médecin immédiatement. En cas de contact important, ou si un enfant est atteint, consulter sans tarder un médecin ou le centre antipoison pour tout conseil approprié.

Bryone dioïque

C'est une plante vénéneuse par sa racine. Elle en contient dans toutes ses parties, mais surtout dans la racine et les fruits des saponines (bryonine) et des hétérosides triterpéniques, dont la bryonidine et des curcurbitacines. Elle peut provoquer par simple contact cutané des dermites, plus ou moins irritées. L'ingestion de parties de la plante (baies, racine) provoque des vomissements, de la diarrhée et peut avoir des conséquences graves (délire, crampes…). L'absorption de quelques dizaines de baies, attrayantes par leur couleur, suffirait à provoquer la mort d'un enfant. Certaines parties ont été utilisées comme purgatif drastique : à ne pas essayer soi-même !

Buis

Les feuilles, écorces et graines peuvent être irritantes pour les personnes sensibles. Les effets sont des vomissements, des vertiges, des tremblements, une paralysie spinale, un risque de dermites.

Camérisier

Les baies rouges, deux par deux (4 à 7 mm), sont particulièrement toxiques, voire mortelles. Les effets sont des troubles digestifs, une congestion de la face, des convulsions, des secousses musculaires, des troubles cardiaques, une dilatation des pupilles.

Chélidoine

La Grande Chélidoine ou Grande Éclaire (Chelidonium majus, « grande hirondelle » en latin) est une plante de la famille des Papavéracées et la seule espèce du genre Chelidonium. On l'appelle aussi herbe aux verrues (ou herbe à verrues), car son latex jaune-orangé toxique passe pour éliminer les verrues. La racine contient des substances toxiques et la sève peut être irritante. On y retrouve en outre différents alcaloïdes isoquinoléiques tels la chelidonine qui cause la toxicité de la plante, la sanguinarine, la chélerythrine, la berberine et la coptisine. La plante est rarement ingérée à cause de son odeur et de son goût désagréables. L'ingestion peut causer des nausées, vomissements, crampes abdominales, diarrhées et déshydratations, paralysie, ralentissement cardiaque, irritation par la sève.

Chèvrefeuille

Les chèvrefeuilles (genre Lonicera) sont des arbustes aux tiges grimpantes ou des lianes de la famille des caprifoliacées. Les fleurs jaunes sont parfumées. Certaines espèces sont aussi nommées camérisier. Les baies rouges du chèvrefeuille (Lonicera sp.) sont parfois confondues avec des groseilles. Elles ne sont pas comestibles mais ne méritent sans doute pas leur réputation de haute toxicité. Les constituants responsables de la toxicité des chèvrefeuilles sont mal connus, la prudence est donc recommandée.

Cigüe

Il existe la grande ciguë et la petite ciguë. La petite ciguë (ciguë des jardins) est aussi vénéneuse mais non mortelle.
Toutes les parties de la plante sont toxiques, surtout les fruits et la racine. Quelques grammes de fruits verts suffiraient théoriquement à provoquer la mort d'un être humain. Chez l'homme, l'ingestion de ciguë provoque dans l'heure qui suit des troubles digestifs (surtout quand la racine est utilisée), des vertiges et céphalées, puis des paresthésies, une diminution de la force musculaire, et enfin une paralysie ascendante. Des convulsions et des rhabdomyolyses (destruction massive et aiguë du tissu musculaire) ont été rapportées, suivies d'insuffisance rénale pouvant entraîner la mort. Lors de rares intoxications accidentelles, on a parfois invoqué une confusion possible de sa racine avec le panais, le céleri, le navet, et même de la plantule avec le persil, mais le risque apparaît bien maigre en raison de la grande différence de taille, l'odeur nettement désagréable (le persil a une odeur agréable caractéristique) et les taches rouges sur les tiges, toujours absentes chez le persil.

Clématite des haies

La clématite des haies ou clématite vigne-blanche est une plante ligneuse grimpante de la famille des Renonculacées.
Elle est parfois appelée aubavis, aubervigne, bois à fumer, bois de pipe, cranquillier, herbe aux gueux, vigne de Salomon ou viorne des pauvres. Les feuilles contiennent une substance irritante. Les effets sont un risque d'ulcération par frottement.

Colchique

Le colchique est un genre de plantes herbacées vivaces de la famille des Liliaceae, ou des Colchicaceae selon la classification phylogénétique. La World Checklist en répertorie une centaine d'espèces. Le plus grand nombre d'espèces se rencontre dans les Balkans et en Asie mineure. Le colchique est également connu sous les noms "safran bâtard", "safran des prés" ou encore, de par sa grande toxicité, "tue-chien". Toutes les parties de la plante sont toxiques, surtout graines et bulbes. Les effets sont une irritation des voies digestives, une salivation, des troubles cardiaques et vasculaires, des troubles nerveux, une paralysie. La mort peut survenir jusqu'à 10 jours après l'ingestion.

Coloquinte

La coloquinte vraie est une plante herbacée vivace de la famille des Cucurbitacées. Elle est cultivée dans les pays tropicaux comme plante médicinale pour la pulpe de ses fruits, qui est amère et toxique. La pulpe séchée du fruit récolté avant complète maturité est un laxatif violent. Elle est utilisée aussi comme antirhumatismal, anthelminthique, et comme remède contre les infections de la peau. Les graines, en revanche, sont comestibles.

Cotoneaster

Il existe une grande variété de cotoneaster. Les fruits de ces arbustes décoratifs très répandus contiennent de faibles quantités de glycosides cyanogéniques. En pratique, l'ingestion de quelques baies est peu dangereuse et n'entraîne pas de symptômes sérieux.

Cytise

Les gousses de cytise, ou pluie d'or (Laburnum sp.), ressemblent un peu à des haricots. Les enfants les récoltent parfois pour jouer à la dînette et courent ainsi un risque d'intoxication à la cytisine contenue dans les graines. Les
effets de la cytisine sont comparables à ceux de la nicotine. Des vomissements abondants sont l'un des premiers signes de l'intoxication et contribuent sans doute à en limiter la gravité. Des troubles cardiovasculaires sont
néanmoins à craindre et une observation de quelques heures à l'hôpital est en général conseillée. Les effets sont une salivation abondante, une irritation du tube digestif, des vomissements sanglants et des risques d'asphyxie.

Daphné

Ces plantes sont connues pour leurs fleurs odorantes et pour leurs baies toxiques. Les fleurs sont dépourvues de pétales et ont quatre, rarement cinq, sépales pétaloïdes de diverses couleurs. La plupart des espèces sempervirentes ont des fleurs verdâtres, tandis que les espèces à feuilles caduques auraient des fleurs roses. Plusieurs espèces fleurissent tard en hiver ou très tôt au printemps. Toutes les parties de la plante sont toxiques. La plante se retrouve parfois dans les jardins et peut être butinée : le miel peut intoxiquer. Si elle est brûlée avec d'autres mauvaises herbes (notamment si elle a des graines), l'inhalation de la fumée peut provoquer des hallucinations. La plante a été utilisée comme stupéfiant avec de forts risques de surdose et des effets secondaires graves. L'intoxication peut laisser de graves séquelles, voire être mortelle. Les effets sont des troubles digestifs, des nausées, des troubles neurovégétatifs, une dilatation des pupilles, une sécheresse des muqueuses, une gêne respiratoire, une forte tachycardie et une dépression cardiaque, le coma, une faiblesse musculaire (incapacité à se tenir debout), des troubles du comportement, une désorientation spatio-temporelle, une congestion, de l'incohérence, des hallucinations visuelles ou auditives, des crises d'angoisse, de l'amnésie.

Dauphinelle

Toutes les parties de la plante contiennent l'alcaloïde delphinine ainsi que d'autres alcaloïdes diterpéniques et sont très toxiques, provoquant des vomissements lorsqu'elles sont ingérées et même la mort à forte dose. À faible dose, des extraits de cette plante ont été utilisés en phytothérapie. Le jus des fleurs mélangé à de l'alun donne une encre bleue. Les effets sont un engourdissement des muqueuses, des troubles de l'équilibre, une dépression cardiaque, une dépression respiratoire. L'intoxication évoque celle de l'aconit, en moins grave.

Datura/Brugmansia

Les Datura (Datura stramonium, pomme épineuse) et les Brugmansia appartiennent à la même famille. Les Brugmansia connaissent une certaine vogue comme plantes d’appartement en raison de leurs superbes longues fleurs en trompette. Toutes les parties de ces plantes, et en particulier les graines, contiennent des alcaloïdes très toxiques. L’ingestion d’une petite quantité de matière végétale suffit à entraîner une intoxication.

Dieffenbachia

Les cellules de la Dieffenbachia contiennent des cristaux en forme d'aiguilles constituées d'oxalate de calcium. Si une feuille est mâchée, ces cristaux peuvent causer une sensation passagère de brûlure et de l'érythème. Dans de rares cas, les tissus exposés présentent un œdème. La mastication et l'ingestion provoquent généralement de légers symptômes. En ce qui concerne les enfants et les animaux de compagnie, le contact avec la plante (habituellement la mâcher) peut provoquer des symptômes déplaisants tels qu'irritation de la bouche, hypersialorrhée et œdème. Cependant, ces effets sont rarement dangereux pour la vie. Dans la plupart des cas, les symptômes sont légers et peuvent être traités avec un analgésique, un antihistaminique ou du charbon de qualité médicale. Le lavage intestinal est parfois approprié. Il y a un danger de mort si l’œdème obstrue les voies respiratoires.

Digitale

Il existe de nombreuses variétés, notamment la digitale pourpre, toutes dangereuses. Les digitales forment le genre Digitalis, environ vingt espèces de plantes herbacées classiquement placées dans la famille des Scrofulariacées. Les études récentes situent désormais ce genre dans les Plantaginacées. Elles sont originaires d'Europe, d'Afrique du nord-ouest et d'Asie occidentale et centrale. Ces plantes peuvent se révéler être très toxiques. L'absorption d'environ 8 g de feuille s'avère être létale sur un sujet humain de corpulence moyenne. Elles sont essentiellement toxiques par les fleurs et les graines, mais aussi par les feuilles, qui contiennent un cardiotoxique. Les effets sont des vomissements, des diarrhées, des céphalées, des vertiges, des troubles visuels et cardiaques.

Euphorbe

Les euphorbes sont des plantes dicotylédones de la famille des Euphorbiacées. Elles possèdent des inflorescences particulières nommées cyathes, particularité que les euphorbes partagent seulement avec quelques genres voisins. Comme toutes les Euphorbiaceae, ce sont des plantes toxiques, qui possèdent un latex parfois très irritant. Il existe environ 2 300 espèces d'euphorbes, certaines tropicales et très différentes des euphorbes européennes par leur aspect général, quelques-unes ont même la forme de cactus. Leur principal point commun est la production de latex, liquide blanc qui apparaît à la cassure et qui est très toxique en raison de l'euphorbone qu'il contient. Il provoque des irritations de la peau et est dangereux en cas de contact avec les yeux. La toxicité existe également pour les graines, utilisées autrefois comme purgatif. Les euphorbes des pays tempérés sont moins dangereuses que celles des pays tropicaux, qui servent à la fabrication d'un poison analogue au curare.

Fougère aigle

La Fougère-Aigle, ou Grande Fougère, est une fougère très commune, voire envahissante, et cosmopolite. On la retrouve jusqu'à 2 000 m d'altitude. Cette plante toxique a longtemps été utilisée à des fins alimentaires et médicinales et reste utilisée, notamment en horticulture. Elle est parfois appelée Fougère grand-Aigle, Aquiline, Fougère commune, Fougère impériale, Porte-aigle ou encore Aigle impérial. L'ensemble de la plante semble toxique, surtout quand elle est développée. La consommation des jeunes pousses (frondes) semble avoir un effet cancérigène.

Fougère mâle

L'ensemble de la plante semble toxique. Le rhyzome est utilisé en pharmacie. En cas d'ingestion à forte dose, les effets sont des vomissements, des diarrhées, des vertiges, des crampes, de l'hématurie (présence de sang dans les urines), une cécité temporaire.

Fusain d'Europe

Le Fusain ou Fusain d'Europe est un arbuste ou un petit arbre de la famille des Celastraceae. Toutes les parties de la plante sont toxiques, notamment les baies : 3 à 5 baies orangées de 10 à 15 mm disposés en grappes rectilignes, qui contiennent une graine très toxique. Le fusain est cardiotoxique, avec une action voisine de la digitale. Les effets sont des troubles digestifs très irritants, des diarrhées, des convulsions, des syncopes. Des cas mortels sont signalés à forte dose (ingestion de trente baies).

Genêt à balai

Le Genêt à balais est une espèce d'arbuste originaire du nord-ouest de l'Europe. L'ensemble de la plante est vénéneuse, surtout les graines, mais peu dangereuse. La plante renferme des amines (tyramine, dopamine), des flavonoïdes (génitoside, spiracoside et scoparoside, entre autres) et des alcaloïdes. Parmi les alcaloïdes (une vingtaine en tout) on citera la spartéine, majoritaire dans les rameaux, et la lupanine majoritaire dans les graines, mais aussi l'ammodendrine et l'hydroxylupanine. Traditionnellement on utilisait la fleur comme diurétique et pour le traitement des troubles circulatoires (la présence de flavonoïdes explique cet usage). Les rameaux sont récoltés pour en extraire la spartéine pour les besoins de l'industrie pharmaceutique. Cet alcaloïde possède différentes propriétés pharmacologiques : il a un effet régulateur sur les battements cardiaques (en fait, il soustrait le cœur à l'influence du système nerveux végétatif), il est donc indiqué pour le traitement de l'éréthisme cardiaque. Par son activité ocytocique (il augmente les contractions de l'utérus), il peut servir, sous forme injectable, à déclencher un accouchement (il est potentiellement abortif donc contre indiqué en cas de grossesse).

Genêt épineux ou genêt scorpion

L'ensemble de la plante est vénéneuse, surtout les graines. Les effets sont des troubles neurologiques, une salivation intense, un risque de paralysie respiratoire à forte dose, des vomissements, des diarrhées. Des cas mortels sont signalés à forte dose d'ingestion.

Genévrier sabine

C'est une plante hautement toxique, comme le genévrier thurifère. Il ne faut pas la confondre avec le genévrier commun qui peut se rencontrer dans les mêmes habitats mais dont les fruits sont comestibles. Cette toxicité est due à ses huiles essentielles, très dangereuses. Les animaux qui en ont consommé meurent rapidement. Le genévrier sabine est un abortif puissant et dangereux. En cas d'ingestion de fausse sabine, les effets sont un risque d'hémorragies, la paralysie, le coma. L'huile essentielle peut être mortelle. L'intoxication avec la fausse sabine est aussi très dangereuse.

Glycine

Les graines semblent toxiques. Les effets sont des douleurs abdominales, une dilatation des pupilles, des céphalées, une somnolence.

Gui

Les baies translucides à pulpe visqueuse (6 à 8 mm) sont peu dangereuses dans la nature car elles sont souvent à grande hauteur, mais les baies sont accessibles quand il est utilisé en décoration de Noël. Les effets sont des troubles digestifs, une soif intense, une diarrhée sanglante, des troubles cardiaques (ralentissement du rythme), des convulsions, de l'hypertension (surtout à forte dose).

Héllébore

Toutes les hellébores contiennent des substances toxiques. D'autres plantes sont dénommées hellébore mais n'ont aucun rapport : certaines sont inoffensives (éranthe d'hiver), d'autres très dangereuses (vératre blanc). Les effets sont des troubles cardiaques, une dilatation des pupilles.

Houx

Les baies rouge vif en paquets (7 à 10 mm de diamètre) sont toxiques à haute dose. Les feuilles contiennent également des substances toxiques. Les effets sont des troubles digestifs et musculaires, voire neurologiques à haute dose.

If

Il existe de nombreuses espèces, toutes toxiques et très dangereuses. Toute la plante est toxique pour de nombreuses espèces dont l'homme. La substance toxique est un mélange complexe d'alcaloïdes de la famille des taxanes (dont on extrait le taxol (ou taxine). La moque ou fausse baie (4 à 6 mm), qui entoure une graine, est extrêmement toxique et mortelle. L'enveloppe de la graine (arille) semble inoffensive. Tout le reste de la plante est fortement toxique (écorce, rameaux, feuilles, sève). Les effets sont des troubles cardiaques (hypotension, coma), des vomissements, des diarrhées, des troubles visuels, des taches bleues sur la peau. L'if est extrêmement dangereux. Un simple fragment de graine peut tuer. Il est d'autant plus dangereux qu'il est très commun.

Jusquiame noire

Toutes les parties de la plante sont toxiques. Des extraits de certaines parties, comme les feuilles, sont utilisées en doses infimes dans des médicaments. Sur le plan clinique, cette plante est un toxique. La toxicité bien réelle est cependant très rarement observée. Il a été signalé une confusion de la racine avec celle du persil. Les symptômes de l'intoxication sont ceux du datura ou de la belladone. Les effets sont des spasmes, des hallucinations, de l'excitabilité, de l'irritabilité, une confusion mentale, des troubles de l'accommodation, un risque de glaucome, une sécheresse buccale, un épaississement des sécrétions bronchiques, de la rétention urinaire, de la tachycardie, des palpitations, une perte de conscience, un arrêt respiratoire et le coma. Moins dangereuse que datura et belladone, elle produit des effets analogues et peut être mortelle.

Kalmia à feuilles étroites

C'est un arbuste de taille moyenne (60cm). Il pousse un peu partout, y compris dans les régions boréales. Sa tige est dressée et peu ramifiée. Ses feuilles sont épaisses et cireuses. Ses fleurs sont par grappes et d'un rouge/rose foncé. On peut en faire une infusion orange et amère, très désagréable au goût. Son ébullition libère des gaz dangereux... Pas très recommandé ! Toutes les parties de la plantes sont toxiques si elles sont consommées en grande quantité. Beaucoup de bétail serait mort après avoir consommé du Kalmia. Il contient du glucoside, de l'arbutoside et le redoutable andromédotoxine. Il cause des vertiges, la perte de la vue, des vomissements, des tremblements, un apathie générale et la mort. Il est considéré comme très, très dangereux.

Kalmia à feuille d'andromède

C'est un petit arbuste (+ ou moins 30 cm). Ses fleurs roses sont très voyantes. Ses feuilles sont luisantes et raides. Il pousse dans les tourbières. Il est aussi toxique que le Kalmia à feuilles étroites.

Laurier-cerise

Le laurier-cerise est un arbuste fréquemment planté en haies, appréciant les climats doux (côtes méditerranéenne et atlantique notamment). Les feuilles, même séchées, et les fruits sont très toxiques. Les feuilles ont été utilisées autrefois comme aromates mais des intoxications graves ont conduit à les abandonner. L'ensemble de la plante est toxique pour l'homme, à l'exception de la pulpe du fruit (la graine est toxique). Les effets sont des troubles digestifs (nausées, vomissements, hypersalivation), nerveux (convulsions), respiratoires (respiration rapide et superficielle), une insuffisance circulatoire (tachycardie) et un coma pouvant entraîner la mort, respiratoires (polypnée), cardiaques et neurologiques. L'importance de la toxicité est contestée par certains spécialistes : dans le doute... L'ingestion du noyau des fruits est potentiellement mortelle.

Laurier-rose

Le laurier rose est une plante dont toutes les parties sont très toxiques. Les feuilles, même séchées, et le bois sont extrêmement toxiques : des soldats de Napoléon seraient morts après avoir mangé une viande rôtie sur des brochettes en laurier rose. Les effets sont des douleurs abdominales, de la diarrhée, une insuffisance respiratoire, une irritation de la bouche, des nausées, des vertiges, une somnolence, un coma pouvant entraîner la mort. Les symptômes peuvent n'apparaître que plusieurs heures après l'intoxication. Les enfants et les animaux domestiques sont particulièrement menacés. L'ingestion d'une seule feuille est mortelle.

Lierre

Toutes les parties de la plante sont potentiellement toxiques, surtout les fruits. Le miel obtenu à partir de lierre est sans danger. Le contact avec les feuilles peut être irritant pour la peau. En cas d'ingestion, les effets sont des troubles digestifs, de l'excitation, une dépression respiratoire, éventuellement le coma et la mort par asphyxie. L'ingestion de quelques baies peut tuer un enfant.

Mahonia à feuilles de houx

Le Mahonia à feuilles de houx est un arbuste semi-persistant originaire du nord-ouest des États-Unis (Californie, Oregon et Colombie-Britannique) mais il est depuis longtemps naturalisé en Europe occidentale. La plante (surtout les fruits et les racines) contient des substances toxiques. Les fruits sont fortement purgatifs : risque de troubles cardiaques.

Marronnier

Le marronnier est très répandu dans les parcs publics et le long des avenues en Europe et Amérique du Nord. Les graines contienent des substances toxiques. Les feuilles, les fleurs et l'écorce contiennent un anticoagulant toxique. Diverses parties de la plante ont été utilisées comme médicaments. Les effets sont des troubles gastro-intestinaux par ingestion des graines (marrons).

Mercuriale annuelle et mercuriale vivace.

Toute la plante est suspecte. La vivace semble plus dangereuse que l'annuelle. Les effets sont purgatifs, des accidents digestifs graves.

Morelle douce-amère

Les fruits de la morelle douce-amère sont toxiques mais le niveau de toxicité peut s'atténuer avec la fin de la saison, ce qui permet à certains volatiles de se nourrir des derniers fruits encore accrochés l'hiver venu. La pomme de terre, la tomate et l'aubergine font partie du même genre botanique (Solanum). Les effets sont des troubles digestifs (nausées, douleurs abdominales), une sécheresse de la bouche, une dilatation des pupilles, de la tachycardie. Dix baies peuvent tuer un enfant.

Morelle noire

La morelle noire, aussi appelée « Tue-chien » ou « Raisin de loup », est une plante herbacée de la famille des Solanacées, appartenant à l'important genre Solanum, qui contient notamment la Pomme de terre, l'Aubergine, la Tomate et la Douce-amère. Comme beaucoup de Solanacées, la morelle noire est une plante aux fruits toxiques, contenant de la solanine, non détruite par la cuisson. Son ingestion peut provoquer de graves intoxications, menant à la mort si l'on dépasse la dizaine de baies. Elle est toutefois beaucoup moins toxique que d'autres plantes de la même famille, comme la belladone, et dans certains pays on confit ses fruits dans le vinaigre pour s'en servir comme condiment à la façon des câpres. Le fruit, une fois mûr, devient comestible, mais il est difficile de cerner quand le consommer.

Muguet de mai

Le muguet ou muguet de mai est une herbacée des régions tempérées dont les fleurs printanières, petites et blanches, forment des grappes de clochettes très odorantes. C'est une plante toxique, voire mortelle après avoir mangé le périanthe. Toute la plante est toxique (rhyzome, feuille et surtout baies). Les baies sont orangées. La prudence s'impose à la cueillette et à la conservation. Les effets sont des troubles digestifs (nausées, vomissements) et cardiaques, des vertiges. L'ingestion des baies est susceptible d'être mortelle.

Myrique Baumier

C'est un grand arbuste vivace (1,25 m). Ses fruits sont comestibles. Ses feuilles, épaisses et dentelées, contiennent une huile dangereuse qui cause une paralysie complète. La résine donne des diarrhées sanguinolentes, accompagnée de faiblesse musculaire, d'une diminution de la sensibilité, d'une baisse de la température du corps, d'une paralysie, de la mort. Il est très aromatique, et les fruits peuvent servir de condiments pour donner une saveur particulière aux riz, aux couscous, aux soupes, aux rôtis, et aux ragoûts.

Narcisse

Les narcisses sont des plantes à bulbes dont la beauté est très appréciée dans les jardins. Il existe de nombreuses espèces et une multitude de variétés horticoles. Les narcisses sont des plantes toxiques, qui, comme les perce-neige, contiennent de la galantamine. Toute la plantes est vénéneuse, surtout le bulbe et les fruits. Les effets sont des troubles nerveux et cardiaques, des tremblements.

Obier

Toute la plante est susceptible d'être cardiotoxique. Les baies sont rouge vif, en grappes. Les espèces cultivées sont stériles donc ne fructifient pas mais les feuilles et la sève peuvent être dangereuses. Les effets sont une irritation de la peau et des muqueuses de la bouche, des troubles du rythme cardiaque, des diarrhées, des vertiges, une dilatation des pupilles, notamment par l'ingestion des baies.

Parisette à quatre feuilles

Elle est parfois appelée Étrangle-loup, Herbe à Pâris ou Raisin-de-renard. Le fruit est une capsule bleuâtre à l'aspect de baie, noire à maturité, contenant des graines charnues rouge vif. Les fruits et la plante sont toxiques. Elle fut autrefois utilisées comme appât pour éliminer les renards. Les effets sont des troubles digestifs, vomissements, dilatation des pupilles, bourdonnements d'oreille, somnolence. L'ingestion de quelques baies peut être mortelle.

Perce-neige

La plante contient des substances toxiques (certaines sont utilisées comme médicament à très faible dose). Les effets sont un ralentissement du rythme cardiaque et une diminution de la tension artérielle.

Phytolaque

Les fruits sont toxiques, les feuilles sont soupçonnées de l'être. Les effets sont un refroidissement, des vomissements, du cyanose.

Redoul

Elle pousse en Espagne, dans la zone est de la Méditerranée et dans le Sud de la France. Toute la plante est toxique. Les baies côtelées évoquent des mûres (1 cm). Les effets sont des troubles digestifs, du vertige, de la pâleur, un rétrécissement des pupilles, des convulsions, de l'asphyxie et donc mort en 1 h 30. La plante et ses baies sont mortelles.

Renoncule

Toute la famille est plus ou moins toxique (la plus toxique est la renoncule rampante, rare). Les effets sont, après ingestion, sensation de brûlure dans la gorge, nausées, violente inflammation de l'intestin. La toxicité diminue après séchage.

Rhododendron

Le rhododendron renferme de l'arbutine, de l'aricoline et de rhodoxanthine. Ils sont considérés de toxicité moyenne, mais provoque des vomissements, des troubles digestifs divers, des troubles nerveux, respiratoires et cardiovasculaires.

Ricin

Le ricin commun est un arbrisseau d'origine tropicale de la famille des Euphorbiacées. C'est la source de l'huile de ricin, qui a diverses applications, et de la ricine, un poison. Toute la plante est toxique, en particulier les graines. La sensibilité à la toxine (ricine) et à un allergène associé est très variable d'un individu à l'autre, très forte en général chez les enfants. L'huile de ricin a des emplois pharmaceutiques. L'huile de ricin contient de l'acide ricinoléique qui altère la muqueuse intestinale et provoque des pertes importantes en eau et en électrolytes (sels minéraux), d'où son action purgative intense et irritante. La ricine, présente dans la plante et les graines, est une toxine redoutable. Les graines et les coques de ricin contiennent des produits toxiques, le principal étant une protéine, la ricine. Elles renferment également un allergène plus difficile à rendre inactif que la ricine et pouvant provoquer une hypersensibilité chez les humains en contact avec ce produit. Cet allergène semble peu nocif pour les animaux. Le passage à l'autoclave de la farine pendant 15 minutes à 125 °C détruit la ricine. L'ingestion de graines, souvent accidentelle chez les jeunes enfants, peut provoquer des intoxications graves,en raison de la présence de ricine, nécessitant impérativement une prise en charge hospitalière. On considère que trois graines peuvent être fatales à un enfant, quatre graines peuvent déterminer une intoxication sérieuse chez l'adulte et six à huit graines pourront lui être fatales. Ces chiffres sont cependant à nuancer, la gravité de l'intoxication dépendra de la sensibilité individuelle de chacun à la ricine, de plus, selon que les graines sont mastiquées ou non, la gravité de l'intoxication ne sera pas la même. Dans tous les cas, lorsque les intoxiqués sont pris en charge à temps en milieu hospitalier, l'issue de l'intoxication est presque toujours favorable. Dans certains pays, on a déjà signalé l'usage des graines de ricin à des fins criminelles. Parfois, les graines de ricin peuvent se retrouver accidentellement mêlées à des céréales, provoquant ainsi des intoxications.

Rue fétide

Toute la plante est toxique par contact ou ingestion. La plante dégage une odeur forte et pénétrante avec un fond rappelant le coco, souvent perçu comme désagréable, et a un goût amer. Des accidents mortels ont été signalés à forte dose. Les effets peuvent être par contact : irritations, dermites, par ingestion : narcotique, tuméfaction du tube digestif, attaque de toutes les muqueuses, abortif. L' huile essentielle est dangereuse (utilisée en parfumerie).

Sceau de Salomon

Le Sceau de Salomon odorant (Polygonatum odoratum ou Polygonatum officinale) est une plante herbacée vivace, rhizomateuse, de la famille des Asparagacées et du genre Polygonatum. C'est une plante toxique dont les fruits peuvent provoquer des troubles digestifs et des troubles cardiaques graves. Le rhizome peut être employé, en usage externe, comme antiecchymotique. Toute la plante est toxique (surtout rhyzome et baies). Les baies sont d'un bleu-violacé et mesurent de 5 à 7 mm. Les effets sont des troubles digestifs (vomissements), cardiaques et sanguins (ralentissement du rythme cardiaque), hypoglycémie. L'ingestion des baies peut être mortelle.

Sorbier

Le Sorbier des oiseleurs ou Sorbier des oiseaux est un petit arbre qui peut atteindre les quinze mètres de haut. Il vit principalement en lisière de forêt d'épicéas. Le sorbier est cousin avec le cormier. Les fruits sont mangés par les oiseaux. Crus, ces fruits ne sont pas comestibles pour les humains, puisqu'ils contiennent de l'acide parasorbique (acide du sorbier) au goût âpre et amer, pouvant éventuellement provoquer des vomissements. L'acide parasorbique se neutralise par une cuisson prolongée et permet de fabriquer gelées, confitures, préparations alcoolisées et autres mets traditionnels à partir de baies de sorbier, notamment en Europe du Nord. Ces mêmes baies contiennent naturellement du sorbitol, qui tire son nom de la plante, un édulcorant non fermentescible et un purgatif qui est actuellement produit par synthèse dans l'industrie agro-alimentaire.

Sureau noir

Le Grand Sureau ou Sureau noir est un arbuste caducifolié à croissance rapide. Il est présent en Europe, en Asie de l'Ouest et en Afrique du Nord, mis à part les régions montagneuses. L'espèce est aussi appelé « arbre de Judas » car c’est à la branche d’un sureau noir que se serait pendu Judas Iscariote. D'autres sources parlent « d'arbre de Judée », qui est une espèce différente. Les baies sont comestibles cuites mais déconseillées crues. Elles contiennent une toxine détruite par la cuisson. Diverses parties de la plante sont utilisées en pharmacopée. Ses baies cuites sont comestibles, mais toutes les autres parties de la plantes contiennent de l'oxalate de calcium et sont donc toxiques. Le fruit non mature contient également un alcaloïde toxique. Les baies crues consommées en forte quantité peuvent provoquer nausée et vomissements chez l'homme. On doit interdire aux enfants de manger les baies. Les effets sont des nausées, des vomissements (présence d'alcaloïdes, de toxines et d'acide cyanhydrique, notamment dans les feuilles).

Symphorine

La symphorine est un arbuste caduc appartenant au genre Symphoricarpos et à la famille des Caprifoliacées, dont fait aussi partie le chèvrefeuille. La symphorine est originaire d'Amérique du Nord occidentale, d'où elle fut introduite en 1817, puis largement naturalisée en Europe occidentale, dans les climats tempérés à froids. Les baies blanches sont légèrement toxiques par les alcaloïdes disoquinoline qu'elles renferment, particulièrement la chélidonine. Leur ingestion produit des vomissements précoces, des vertiges et une hypersédation, surtout chez les enfants. Des extraits de rameaux et de racines sont utilisés en Amérique comme diurétique.

Tamier

Le tamier commun, ou herbe aux femmes battues, est une espèce de plantes grimpantes monocotylédones de la famille des ignames Dioscoreaceae. Elle est commune en Europe, en Asie et dans le Nord de l'Afrique, régions dont elle est originaire. Elle est parfois appelée haut liseron, racine-vierge, raisin du Diable, sceau de Notre-Dame ou vigne noire. Attention, ne pas faire de confusion avec la Bryone dioïque d'aspect approchant mais toxique. La saveur est très amère mais aucune toxicité ne semble avoir été constatée. Toutefois si on sait bien les faire cuire, l'amertume disparaît presque : il faut les jeter dans l'eau bouillante dès que la cueillette est terminée. En usage externe, certaines parties sont utilisées pour soulager les rhumatismes (remède populaire). L'ingestion des baies ou du tubercule peut toutefois être mortelle. Les effets sont des troubles digestifs et respiratoires, fièvre, irritation des muqueuses.

Troène

Parmi la cinquantaine d'espèces de troènes, celle du troène commun est la seule à pousser spontanément en Europe. On la trouve aussi en Afrique du Nord. Les fruits sont noirs bleuté (mûrs en octobre). Chaque fruit contient un suc très amer et renferme le plus souvent quatre semences (plates d'un côté et relevées en bosse de l'autre) au goût très désagréable. Les baies sont toxiques mais les variétés taillées courantes dans les haies et les jardins ne fructifient pas et ne présentent donc pas de danger. Pollen allergisant suivant les sujets. Les fruits (petites baies de 0,5 à 0,8 cm.) sont toxiques pour l'Homme (toxine non identifiée). L'ingestion de douze baies suffit à provoquer des troubles digestifs (irritation gastrique), des vomissements, une diarrhée, une atteinte rénale, des convulsions et une chute de tension. La gastro-entérite résultant de l'ingestion peut persister 48 à 72 heures. Cas mortels exceptionnels mais attestés à très forte dose.

Vératre blanc

C'est une plante à affinité montagnarde marquée qu'on retrouve dans la plupart des massifs montagneux du centre et du sud de l'Europe (rarement en dessous de 1 000 m d'altitude), au Caucase ainsi qu'en Asie tempérée ou froide (Sibérie) jusqu'au Japon. Toute la plante est toxique. Il y a un risque de confusion avec la gentiane jaune. Elle est utilisée en médecine mais les doses efficaces sont très proches des doses toxiques. La plante fut utilisée dans l'antiquité comme poison pour les flèches. Les effets sont irritation des muqueuses, vomissements, hypersudation, hypotension, dépression respiratoire, hallucinations. L'intoxication peut être mortelle.

Vigne vierge

La vigne vierge vraie, vigne vierge à cinq folioles ou vigne vierge de Virginie est un arbuste sarmenteux de la famille des vitacées, originaire d'Amérique du Nord et cultivé très largement comme plante grimpante ornementale pour son feuillage décoratif qui prend une belle teinte rouge écarlate en automne. Les baies sont toxiques pour les mammifères, donc pour l'homme, mais pas pour les oiseaux. Les effets sont des troubles digestifs (irritation de l'estomac), rénaux et circulatoires, graves à forte dose.
avatar

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Sciences] Plantes : remède ou poison ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum