[Méthode] Présentation du Manuscrit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Méthode] Présentation du Manuscrit

Message  Invité le Ven 14 Juin 2013 - 3:26

Bonjour à tous.

J’ai rédigé cette fiche suite aux nombreuses interrogations que j’ai eues concernant la mise en forme d'un manuscrit qu'il fallait adopter avant de l'envoyer aux maisons d'édition. J’ai fait quelques recherches, écouté les conseils d’écrivains déjà publiés, posé des questions à une petite maison d’édition de ma région et avec toutes les informations que j’ai recueillies, je me permets donc de créer ce document pour pouvoir éclairer ceux qui ont sont, comme je l’ai été, dans le brouillard.

*Il est important de noter que je viens d’une petite région du Québec et il se peut qu’en France ou dans d’autres pays francophones, les maisons d’éditions ne fonctionnent pas exactement de la même manière. S’il y a des différences, veuillez me les signaler et je modifierai ma fiche au besoin.*


Sommaire :
- - Les Pièces Jointes
- - La Présentation du Manuscrit
- - Les Dialogues
- - Conclusion


Les Pièces Jointes

Bon. Nous avons finit la rédaction de notre Roman, Recueil de Nouvelles ou autre. Nous croyons qu’il est enfin prêt à être envoyé à une/plusieurs maison(s) d’édition(s), mais une question s’impose. Que doit-on inclure avec notre manuscrit? Nous ne pouvons quand même pas l’envoyer comme ça, à qui veut bien le lire!


La Page-titre

Avant tout, il nous faut une Page-titre. Et là, je me permets de signaler qu’il  a une grosse différence entre une Page-Couverture et une Page-titre!

Ce qu’on doit retrouver :
- - Titre et sous-titre (s’il y a lieu)
- - Le genre (fantaisie, science-fiction, romance, thriller, biographie, etc.)
- - Le nom de l’auteur
- - Nombre de mots
- - Nombre de caractères (indiquer si espacements sont inclus ou non)
- - Vos coordonnés (adresse, ville, région, code postal)
- - Informations pour vous joindre (numéro de téléphone, adresse email)


Habituellement, c’est la maison d’édition qui s’occupe de la Mise-en-page et des illustrations du livre, mais l’auteur peut choisir de créer ses propres images pour son ouvrage. Il faut savoir, par contre, qu’il est inutile voir même déconseillé de les envoyer en même temps que votre texte, sauf si c’est nécessaire à la compréhension de l’histoire (carte du monde par exemple). Vous déterminerez ce que vous voulez sur votre page couverture lorsque vous verrez avec eux les termes du contrat.

Conseils importants :
- - Une page titre doit être sobre, sans artifices. Pas d’images inutiles ou de couleur éclatante. Dans de tels cas, les éditeurs penseraient que vous avez négligés votre ouvrage en débit d’une belle apparence ou que vous avez simplement décidé de mettre du gras autour d’un os pourri.
- - On n’inscrit pas le nombre de pages ou de chapitres! Les éditeurs veulent savoir comment ça va leur coûter concernant d’impression et c’est le nombre de mots qui les intéresse avant tout (on parle toujours pour la Page-titre bien entendu).

Exemple de Page-titre :
Page-titre:



La Lettre de Présentation

Une lettre de présentation est surtout avantageuse pour ceux qui ont de l’expérience dans le domaine d’écriture (une expérience qui peut être appuyée par des preuves, on s’entend). Suite à cela, elle sert à présenter votre œuvre (le le genre, thèmes abordés, les messages apportés, etc.). Habituellement, lorsqu’un éditeur demande une lettre de présentation c’est parce qu’il veut savoir, à l’avance, si votre manuscrit concorde avec leurs critères. Ils veulent savoir si vous entrez dans leur ligne de conduite autrement dit et ce, sans avoir à ouvrir votre manuscrit pour le savoir.

Ici, ça n’arrive pas souvent qu’un éditeur exige une Lettre de Présentation. Il y a tout de même une phrase qu’il ne faut pas oublier : « Une bonne lettre ne pardonnera jamais pour un mauvais livre. Par contre, l’inverse est vrai : une mauvaise lettre de présentation peut vous nuire. » (Dominic Bellavance, auteur Québécois)

Il faut donc être très prudent lorsqu’on rédige une lettre et éviter d’entrer dans certains pièges.

Les pièges :
#1 -- Trop parler de vous
Pas besoin de détailler tout le parcours que vous avez traversé pour écrire votre livre. Pas besoin de dire non plus que vous avez un fanclub et que tous vos proches adorent votre histoire. Il est également inutile de dire vos forces et vos faiblesses, car ça, le comité de lecture le verra en lisant votre livre (et je dois dire que c’est un peu se tirer une balle dans le pied).

#2 -- Supplier et cirer les chaussures de l’éditeur
Ne dites pas que c’est votre rêve, que votre histoire vous tiens énormément à cœur et qu’elle mérite d’être publiée. N’oubliez pas qu’une maison d’édition est une entreprise et le but ultime d’une entreprise est de faire de l’argent. S’ils estiment que votre œuvre ne serait pas assez rentable pour eux, ça, ça leur appartient. Ne leur dites pas non plus que votre vie dépend entièrement de leur choix et n’essayez pas de les manipuler en prétendant que c’est la meilleure maison d’édition et que vous aimeriez vraiment être publiée par le biais de celle-ci. Ils connaissent leur valeur et trop de lèche fait souvent l’effet inverse.

#3 -- La Modestie
Grand dieu, n’affirmez jamais ceci : « Je sais que mon récit n’est pas parfait, mais je crois... » C’est carrément du suicide. Ayez confiance en vous; telle est la clef du succès.


Bon. Je me permets d’ajouter ceci : soyez professionnels. N’ayez pas l’air désespéré et surtout, écrivez votre lettre comme si c’était à cette maison d’édition uniquement que vous envoyez votre manuscrit (adressez-vous à eux comme s’ils étaient les uniques concernés, même si vous envoyez votre texte à plusieurs maisons d’éditions). C’est tout ce que j’ai à dire.

P.S. La règle est la même que pour la Page-titre... Sobre et sans artifices inutiles.



Le Résumé/Synopsis

La différence entre un résumé et un synopsis est simple. Un synopsis décrit les grandes lignes de l’histoire. Elle est beaucoup plus longue qu’un résumé qui ne fait que présenter le thème général et décrire l’intrigue en quelques phrases.

Conseils :
- - Soyez accrocheurs, donnez le goût au lecteur de lire votre histoire, mais n’en faites pas trop non plus. Ne prétendez pas que c’est presque aussi bon que les ouvrages de Tolkien ou de J.K Rolling sans savoir ce qu’ils penseront vraiment de votre livre!
- - Contentez vous uniquement de l’essentiel. Certains demandent même à quelqu’un d’autre d’écrire leur résumé pour éviter de trop en dévoiler ou d’oublier de présenter certains passages.

Afin d’éviter de se mettre dans le trouble :
Comme pour la Lettre de Présentation, il serait bien que vous vous informiez sur ce que la maison d’édition recherche (regardez leurs collection, les livres déjà publiés, informez-vous sur le publique visé et les critères d’envoi qui sont souvent décris sur leur site, dans un lien appelé « Manuscrit »).

En ayant toutes les informations nécessaires, vous pourrez décrire plus aisément pourquoi votre ouvrage irait bien dans l’une de leurs collections.



Les Lexiques/Bestiaires/Glossaires

Je ne suis pas une pro en ce qui concerne les Glossaires. Je rédige des lexiques de mots ou des bestiaire lorsque j’invente des langages ou des créatures, mais sans plus. Je vais donc faire court et révéler uniquement ce que je sais.

Qu’est-ce que c’est?
Un Glossaire se trouve à la fin d’un livre. L’auteur en rédige un comme moyen de référence lorsqu’il y a trop d’informations à retenir. Souvent, il sert à énumérer les lieux retrouvés dans l’histoire, les créatures ou les personnages importants que nous rencontrons au fil de la lecture. Tout ça dans le but de donner au lecteur un point de repère pour qu’il puisse se retrouver un peu.


Critères à respecter :
- - Doit être à la fin du livre (on en voit parfois au début, mais c’est à éviter lorsqu’il y a beaucoup d’éléments, car le lecteur a l’impression que le livre est déjà surchargé avant même d’avoir commencé à lire).
- - Doit être facilement navigable (mots ou noms classés par ordre alphabétique, ordre de parution, numéroté ou autre selon votre choix).
- - Doit contenir que l’essentiel, car selon moi, vous avez déjà inséré les descriptions nécessaires dans le corps du texte et un glossaire sert simplement à se rappeler les informations que nous avons oubliées.
- - Les dessins associés doivent être présentés lorsque vous parlerez des termes du contrat (pour les mêmes raisons que la page-titre)



Dernière édition par HeryJaylhe le Ven 14 Juin 2013 - 4:28, édité 4 fois
avatar

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Méthode] Présentation du Manuscrit

Message  Invité le Ven 14 Juin 2013 - 3:33

La Présentation du Manuscrit

Maintenant que nous avons abordé le premier point de la fiche, passons maintenant à l’apparence de votre manuscrit. À quoi doit-il ressembler pour avoir l’air professionnel? La réponse est simple et la voici :

Un auteur veut avant tout que l’éditeur se penche sur le fond du texte, sur l’histoire qu’il a écrit et non sur de futiles détails comme les marges par exemple. Pour que le lecteur puisse se concentrer avant tout sur votre récit, il faut réduire toutes les distractions qui pourraient détourner son attention.

*Certes, les maisons d’édition ont toutes des critères bien précises à respecter et il faut s’informer sur ce qu’elles recherchent exactement comme présentation. Ici, j’ai fait uniquement une synthèse. Se sont des points qui reviennent presque tout le temps et que la majorité des éditeurs souhaitent retrouvés dans un manuscrit. Ce que je présente n’est, en aucun cas, coulé dans le béton, mais c’est une très bonne piste à suivre pour avoir une minimum de chance d’aller à la prochaine étape.*


Points à retenir pour présenter son ouvrage

- - Pages blanches, texte écrit en noir seulement
- - Le corps du texte doit être écrit en Time New Roman, 12 points. Pas de Comic Sans MS ou quoi que se soit d’autre.
- - Le texte doit être justifier et non aligné à gauche
- - Double interligne pour facilité la lecture et la correction
- - En bas de la page, il faut retrouver le titre de votre œuvre, le nom de l’auteur et le numéro de page.
- - Le texte doit être séparé en paragraphes (c’est idiot, mais on m’a dit que certains oublient ce détail important)
- - Des alinéas au début de chaque paragraphe
- - Pas d’espacement entre les paragraphes
- - N’oubliez pas les sécables/insécables, des règles de ponctuation très importantes!
- - Manuscrit imprimé uniquement au recto
- - Le moins de fautes possible

Pour les fautes, on s’entend que l’erreur est humaine, mais même s’il y a un comité de correction qui passera derrière vous, ne les prenez pas trop pour acquis. C’est toujours mieux d’envoyer un texte avec le moins de fautes possible. C’est plus professionnel et beaucoup plus plaisant à lire.

Exemple d’un texte mal présenté :
Non conforme:


Exemple d’un texte bien présenté :
Texte conforme:

*Personnellement, je laisse des espaces à mes paragraphes, lorsque je suis en cours d’écriture. J’ai l’impression de voir plus clair lorsque c’est aéré et de mieux repérer les fautes, mais une fois que la rédaction est terminée, j’enlève les espaces pour rendre le tout conforme aux exigences de nos amis les éditeurs. Vous n’êtes pas obligé d’appliquer ces règles dès en commençant. Vous pouvez changer la présentation n’importe quand. L’important c’est que ça soit fait avant d’être envoyé aux maisons d’édition.*


Le matériel utilisé

- - Pages blanches, 8½ x 11 (21,59 cm x 27,94 cm)
- - Reliures en spiral1 (optionnel)
- - Plastique transparent2 de chaque côté de votre document pour le protéger (optionnel)

1 Je parle ici de reliure. Pourquoi relier son document? En fait, plusieurs maisons d’éditions acceptent les pages volantes, mais pensez qu’il est très facile de perdre une feuille ou carrément de les mêler entre elles. Les reliures en spirales sont plus robustes et tout aussi abordable que les autres.

2 Concernant le plastique transparent, c’est surtout si vous voulez récupérer le document une fois qu’il sera lu afin de pouvoir l’envoyer à la maison d’édition suivante (si c’est le cas, n’oubliez pas d’insérer une enveloppe préaffranchie et d’y inclure votre adresse de retour).




Dernière édition par HeryJaylhe le Ven 14 Juin 2013 - 4:29, édité 2 fois
avatar

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Méthode] Présentation du Manuscrit

Message  Invité le Ven 14 Juin 2013 - 3:43

Les Dialogues

Je crois que c’est la bête noire de la plupart des auteurs et pourtant, c’est une notion très importante à assimiler. Voici donc le troisième point de la fiche; la Présentation des Dialogues.


Les Tirets

Vu que la plupart des gens semblent ne pas faire la différence entre les tirets, je me permets de faire un petit résumé de leur définition.

Tiret cadratin —
Tiret demi-cadratin –
Trait d’union -

Les maisons d’édition françaises utilisent presque toutes des tirets cadratin et les tirets demi-cadratin concernent surtout les maisons d’édition anglaises. Pour le trait d’union, il est déconseillé de l’utiliser dans un texte, comme marqueur de réplique, car il n’a pas la même fonction.

Répliques utilisant les tirets

L’infirmière entra finalement dans la salle d’examen. Elle scruta le dossier d’Amy, puis elle commença à lui poser une série de questions.
— Votre nom et prénom, commença-t-elle d’abord par demander.
— Gordan. Amy-Ann Gordan.
— Votre âge?
— 24 ans.
— Avez-vous eu des nausées, des pertes d’équilibres ou des bouffées de chaleur ces derniers jours?

La jeune femme répondit par la négation. Elle semblait mal à l’aise, mais cela n’avait rien d’inhabituel. Les visites chez le médecin étaient toujours pénibles pour elle.


Les guillemets

Il existe deux types de guillemets. Les guillemets anglais (“ ”) et les guillemets français (« »). Je vous prie, utilisez les bons guillemets et ce, en fonction de la langue que vous parlez.

Dans la langue française, les guillemets anglais s’utilisent uniquement lorsque nous devons mettre un mot entre guillemets qui se trouve déjà dans une phrase entre guillemets.

Exemple :
« Elle nous présentera son “chum” ce soir. Alors, faits comme si tu ne savais pas. »


Répliques utilisant les guillemets

Réplique #1 - - Le lutin bondit de sa cachette et brandit son épée. Il cria ensuite aux voyageurs : « Plus un geste ou je vous arrache les oreilles! »

Réplique #2 - - Le lutin bondit de sa cachette et brandit son épée. « Plus un geste ou je vous arrache les oreilles! », cria-t-il ensuite aux voyageurs.


Réplique utilisant guillemets et tirets

L’infirmière entra finalement dans la salle d’examen. Elle scruta le dossier d’Amy, puis elle commença à lui poser une série de questions.
« Votre nom et prénom, commença-t-elle d’abord par demander.
– Gordan. Amy-Ann Gordan.
– Votre âge?
– 24 ans.
– Avez-vous eu des nausées, des pertes d’équilibre ou des bouffées de chaleur ces derniers jours? »
La jeune femme répondit par la négation. Elle semblait mal à l’aise, mais cela n’avait rien d’inhabituel. Les visites chez le médecin étaient toujours pénibles pour elle.


Peu importe lequel des deux vous choisissez d’utiliser pour vos répliques, l’important c’est d’être constant. Vous pouvez aussi utiliser les deux s’il y a deux moyens de communication que vos personnages utilisent (communiquer par la pensée par exemple dont les répliques peuvent être différenciés des dialogues normaux en utilisant des guillemets).

P.S. Ne mettez pas vos dialogue en italique comme je l'a fait. Je voulais simplement attirer votre attention sur les répliques.



Dernière édition par HeryJaylhe le Ven 14 Juin 2013 - 17:37, édité 5 fois
avatar

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Méthode] Présentation du Manuscrit

Message  Invité le Ven 14 Juin 2013 - 3:47

Conclusion

Je ne le répèterai jamais assez : Soyez professionnel et votre manuscrit doit être sobre. Dites-vous que ce n’est pas le produit final. C’est juste un outil qui va servir à créer le livre (un outil très important, je l’accorde). Je sais que vous avez une image exacte de ce que vous voulez dans votre tête, mais vous aurez le loisir de donner votre opinion plus tard. L’important pour l’instant c’est de se faire lire et de passer au niveau suivant.

De plus, n’oubliez pas qu’une lettre de présentation peut vous nuire si elle est bâclée et il en va de même pour le Résumé ou le Synopsis de votre livre. Un mauvais Résumé et une mauvaise Lettre de Présentation suffisent pour empêcher les éditeurs d’ouvrir votre manuscrit. Ne les négligés pas, je vous prie... Surtout que très peu d’ouvrages sont retenus au final.


------------------------------------------


Voilà. Je crois que j’ai fait le tour de tout ce qu’il y avait à savoir. S’il y a des choses qui manquent ou si vous voulez plus d’explications, n’hésitez pas à me le dire

À bientôt,
Hery

P.S. Pour le texte présenté à titre d'exemple, j'ai pigé dans l'un de mes vieux projets abandonnés (très vieux en fait). Je vous demande donc de ne pas faire attention aux fautes atroces retrouvées à l'intérieur de celui-ci :P

avatar

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Méthode] Présentation du Manuscrit

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum