Le subjonctif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le subjonctif

Message  Quelqu'un de bien le Ven 11 Oct 2013 - 21:56



INTRODUCTION

Le subjonctif, temps assez désuète et pourtant toujours présent dans notre langue, et, qui plus est, utile. Mode sujet à beaucoup de fautes, notamment à travers des confusions entre la troisième personne du singulier du subjonctif présent et du passé simple (verbe avoir, les verbes du premier groupe, pour ne citer qu'eux). A défaut de vous faire une fiche originale, je vais me contenter ici de rappeler la règle en question en tapant le cours du Bescherelle qui, ma foi, est très bien fait (mieux vaut se baser sur des acquis sûrs plutôt que d'aller embrouiller les cerveaux avec des reformulations maladroites). Par ailleurs, les règles étant universelle, les reformuler pourraient donner suite à des erreurs non-souhaitées. Je rappellerais ensuite, après les règles énoncées, les expressions qui s'emploient avec le subjonctif, expression qui, elles, s'emploient plus fréquemment que ne l'est le subjonctif (avec quelques comparaisons avec des expressions analogues appelant, elles, l'indicatif). Cette liste pourra être complétée par votre participation, car il se peut — et cela est très probable — que j'en oublie.

Le subjonctif est, il faut le dire, un temps très littéraire. Peu utilisé, ceux qui l'utiliseront avec grâce et pertinence ne pourront que donner à leur texte une approche plus intéressante et plus sophistiquée. Mais pour en arriver là, il faut déjà maîtriser ce mode.


LES VALEURS DU SUBJONCTIF

Le subjonctif est un mode lié à la notion de possibilité. Il est essentiellement employé dans :
  • les propositions principales et indépendantes pour marquer l'ordre, la défense, le souhait, l'indignation ou la supposition ;

  • les subordonnées complétives après un verbe, un nom ou un adjectif exprimant un jugement, un souhait, un sentiment, une possibilité, une nécessité ou un doute (il craint que, il veut que, il faut que…) ;

  • les subordonnées temporelles introduites par avant que et jusqu'à ce que ;

  • les subordonnées concessives (quoique, bien que…) ;

  • les subordonnées finales (afin que, pour que…) ;

  • les subordonnées causales exprimant la cause rejetée (non que…) ou l'alternative (soit que… soit que…) ;

  • les subordonnées conditionnelles introduites par à moins que, pourvu que


LE SUBJONCTIF PRESENT

  1. Les valeurs du subjonctif présent

    Dans les propositions principales ou indépendantes, le subjonctif présent exprime la simultanéité ou la postériorité par rapport au présent de l'énonciation.
    Ex : Qu'il patiente ! Qu'il revienne demain.

    Le subjonctif présent indique la simultanéité ou la postériorité de l'action de la subordonnée par rapport à l'action de la principale lorsque celle-ci est au présent ou au futur.
    Ex : Il faut que vous les emmeniez un jour au cirque.

  2. Les subjonctifs présent des verbes du premier groupe

    Il se forme sur le radical de l'indicatif présent auquel on ajoute les terminaisons -e, -es, -e, -ions, -iez, -ent.
    Ex : j'aime > que j'aime, que tu aimes, qu'il/elle aime, que nous aimions, que vous aimiez, qu'ils aiment

    Lorsque le radical présente de légères variations (ajout d'un accent ou d'une double consonne, i transformé en y devant certaines voyelles), on applique au subjonctif présent les mêmes règles qu'à l'indicatif présent.
    Ex : je cède, nous cédons > que je cède, que nous cédions

  3. Le subjonctif présent des verbes du second groupe

    Il se forme sur le radical de l'infinitif présent en iss auquel on ajoute les terminaisons -e, -es, -e, -ions, -iez, -ient.
    Ex : nous finissons > que je finisse, que tu finisses, qu'il/elle finisse, que nous finissions, que vous finissiez, qu'ils finissent.

  4. Le subjonctif présent des verbes du troisième groupe


Les terminaisons sont -e, -es, -e, -ions, -iez, -ient.

Pour le radical, on en distingue trois cas.
Un seul radical à l'indicatif présent
> le subjonctif présent utilise le radical de l'indicatif présent.
je couvre
> que je couvre, que tu couvres, qu'il couvre, que nous couvrions, que vous couvriez, qu'ils couvrent
Deux formes de radical à l'indicatif présent
> le subjonctif présent utilise le radical de la première personne du pluriel de l'indicatif présent.
je dors, nous dormons
> que je dorme, que tu dormes, qu'il dorme, que nous dormions, que vous dormiez, qu'ils dorment.
Verbes en -oir et en -oire ; fuir, tenir, quérir, traire et leurs composés ; mourir et ouïr
> le subjonctif alterne deux radicaux suivant le modèle de l'indicatif présent.
je meurs, tu meurs, il meurt, nous mourons, vous mourez, ils meurent.
> que je meure, que tu meures, qu'il meure, que nous mourions, que vous mouriez, qu'ils meurent

REMARQUES

Le verbe falloir n'emprunte pas son radical à l'indicatif présent : qu'il faille.
Les verbes aller, valoir, et vouloir n'empruntent pas leur radical à l'indicatif présent, sauf aux deux premières personnes du pluriel : que j'aille, que je vaille, que je veuille.
Les verbes faire, pouvoir, savoir, être, avoir ont un radical particulier à toutes les personnes : que je fasse, que je puisse, que je sache, que je sois, que j'aie.



LE SUBJONCTIF IMPARFAIT

L'EMPLOI DU SUBJONCTIF IMPARFAIT

Le subjonctif imparfait s'emploie dans une proposition subordonnée, pour indiquer la simultanéité ou la postérité d'une action par rapport à l'action de la principale, lorsque celle-ci est au passé.

Ex : Je craignais que la tempête ne se levât ce soir.
Ex : Je craignais que les tuiles ne s'envolassent du toit.

LA FORMATION DU SUBJONCTIF IMPARFAIT

Il se forme à partir du radical et de l'affixe temporel du passé simple, auxquels on rajoute les affixes -sse, -sses, -^t, -ssions, -ssiez, -ssent.

Le premier groupe a un affixe en -a, d'où la formation du radical plus -asse, -asses, -ât, -assions, -assiez, -assent.
Le second groupe a un affixe en -i, d'où la formation du radical plus -isse, -isses, -ît, -issions, -issiez, -issent.
Le troisième groupe avec son affixe en -i, -in ou -u, d'où la formation du radical plus -isse, -insse ou -usse.



AVOIR AU SUBJONCTIF

SUBJONCTIF PRÉSENT

que j'aie
que tu aies
qu'il/elle ait
que nous ayons
que vous ayez
qu'ils aient

SUBJONCTIF IMPARFAIT

que j'eusse
que tu eusses
qu'il/elle eût
que nous eussions
que vous eussiez
qu'ils eussent



LE SUBJONCTIF PASSE ET PQP, FORMATION

Le subjonctif passé se forme à partir du participe passé auquel on ajoute, devant, le verbe avoir au subjonctif passé.
Ex : que j'aie eu, que tu aies eu ; qu'il ait été, que nous ayons été ; que vous ayez été aimé, qu'ils aient été aimés (verbe être aimé)

Le subjonctif plus-que-parfait se forme à partir du participe passé auquel on ajoute, devant, le verbe avoir au subjonctif imparfait.
Ex : que j'eusse eu, que tu eusses eu ; qu'il eût été, que nous eussions été ; que vous eussiez été aimé(e)s, qu'ils/elles eussent été aimées.

[center]
avatar
Quelqu'un de bien
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le subjonctif

Message  Invité le Mer 27 Nov 2013 - 15:37


A présent, des expressions type suivies du subjonctif. A maîtriser absolument afin d'éviter de faire des fautes impardonnables, car il s'agit ici de maîtriser une langue maternelle en prenant connaissance de ses quelques particularités.


Les locutions conjonctives introduisant les propositions indiquant le BUT :
afin que, à cette fin que, à seule fin que, pour que, de crainte que, crainte que, dans la crainte que, de peur que.

Remarque. — La proposition finale est souvent introduite par que employé pour éviter la répétition d'une conjonction de but : Afin qu'il vienne et QU'il voie. — Le simple que peut introduire une proposition finale, après un impératif ou un équivalent de l'impératif ou encore après une question qu'il s'agit de motiver : Ôte-toi de là, QUE je m'y mette. — Descends, QUE je t'embrasse (LF, F., II, 15). — Donnez ! (…) Pour que votre foyer SOIT calme et fraternel (Hugo, F. d'aut., XXXII).

Les locutions conjonctives introduisant les propositions consécutives s'emploie avec le subjonctif quand la conséquence est considérée comme une intention, comme un but à atteindre (il y a ici un but de finalité) :
de manière que, de telle manière que, de façon que, de telle façon que, de sorte que, de telle sorte que, en sorte que, tant que, si bien que, tant et si bien que, si… que, ainsi… que, au point que, à ce point que, à tel point que, à un tel point que, tellement que, tel que.

Ex. : Il fallut modérer sa gloire de façon qu'elle ne RÉVEILLÂT que l'attention (Montesq., Consid., 13). — Je l'ai installé dans la chambre à côté de la mienne, de sorte que je PUISSE recevoir ds visites sans le déranger (A. Gide, Les Faux-Monnayeurs, p.396). — Et là-haut, tout à la pointe extrême en sorte qu'il n'y AIT plus au-dessus que la croix, qu'est-ce que je vois ? (P. Claudel, L'Œil écoute, p. 158).

avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum