[écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Hamilcar le Jeu 24 Mar 2016 - 15:46

Venez exposer ici vos vieux textes affreux, dont vous avez honte, histoire qu'on rigole tous ensemble et qu'on s'extasie sur le chemin parcouru... =D

feuillecentre1

J'expose ici mon tout premier prologue de la toute première version de LSD.
Riez, moquez-vous, ne vous gênez pas, c'est là pour ça !

Prologue 1 de la version 1 de LSD:

Le soleil illuminait la plaine de Bromélia, ses rayons puissants se réfléchissant sur l'herbe d'un vert tendre, promettant une chaude journée. Peu de nuages étaient visibles, la saison était celle de la chaleur et de la verdure : les arbres étaient en fleurs, les fruits mûrissaient lentement, et le cœur du cavalier solitaire se réjouissait quelque peu. Il galopait rapidement sur son cheval à la robe grise, traversant la plaine à une allure légère et régulière. Il avait l'air de revenir chez lui après une longue guerre : ses vêtements en piteux état volaient autour de lui, agités par le vent qui soufflait sur son visage sombre au nez fort et pointu, caché par un casque doré ; ses cheveux argentés retenus par un fil de cuir, tombaient sur ses épaules droites et robustes, flottaient sur son long manteau bleu, dont les pans claquaient de chaque côté du cheval. Ce dernier était harnaché d'un ensemble bleu également, de la bride aux sacs de voyage, et galopait allègrement sans aucune contrainte. Ce cavalier était nommé Le Coureur des Plaines : ses nombreuses visites aux villages alentour faisaient jaser plus d'un, mais personne ne savait vraiment qui il était. Il se dirigeait alors vers la cité de Salvia.
Salvia, la Citée-elfe par excellence. Une superbe construction s'étendant jusque dans la forêt adjacente, faite de tours reliées par des ponts aériens, de jardins immenses et suspendus dans le vide, le tout au-dessus d'une coque protectrice, entourant les rares demeures fixées au sol ; une rivière coulait autour, faisant profiter de sa fraîcheur et de ses poissons. La cité était d'une blancheur nacrée qui lui donnait une allure divine ; ses tours s'élevaient, droites et fières, vers le ciel clair, se terminant par une auréole solide mais enchanteresse, les protégeant des vents et des pluies ; les jardins, abrités par une serre de verre, projetaient leur ombre bienfaitrice sur les grandes terrasses, et les chemins sinueux qui reliaient les tours et les bâtiments sous-jacents. La ville était calme et tranquille en apparences, mais les habitations fourmillaient de vie : citadins et visiteurs emplissaient les restaurants, bibliothèques, salles de jeux et salons mondains. Les commerçants étaient joviaux et dispos, les artisans présentaient leur travail aux curieux, les érudits faisaient la lecture aux plus jeunes. Ce jour était celui du divertissement, des jeux, des fêtes.
Le cavalier arriva devant la cité qui resplendissait. Il traversa le guet, franchit les grandes portes qui s'ouvraient dans la coque, descendit de cheval. Peu de gens restaient dehors par un temps si chaud ; il s'arrêta à l'enseigne d'une auberge à l'entrée de la ville, pensant pouvoir faire garder son cheval et se rafraîchir. Il tournait vers la porte lorsqu'une voix l'interpella. Sa bride à la main, l'autre sur l'épée qui pendait à sa ceinture, il regarda derrière lui : une jeune fille se tenait là, superbe, aux boucles rousses, d'où dépassaient deux bouts d'oreilles, dans une robe bleue. Elle le fixait en souriant et attendait une réponse. L'homme fit un effort de compréhension : la petite parlait l'elfique, la langue la plus complexe des terres qu'il avait traversées ; ses souvenirs étaient assez lointains, néanmoins il tenta, maladroitement :
«Nom la veh'c ?»
Elle sourit ; sa prononciation devait être affreuse, sans parler de sa grammaire, mais il s'était fait comprendre. La petite prit la bride et entraîna l'animal derrière l'auberge – il saurait revenir le chercher. Passant sous le portique végétal, il entra : trois clients étaient là, l'un à une table, les deux autres avec le tavernier ; il alla s'asseoir et demanda un jus d'oligée – c'était ce qu'il préférait. Tandis qu'il buvait, il sentit le regard de l'elfe sur lui ; il était temps de dire quelque chose :
«Uor evu-or tel'er Tiam ?»
L'elfe le fixa un instant et sourit, lui répondant :
«Aled nar gruo't.»
Il remercia et sortit. La Tour, la plus importante, située au centre de la Citée, était composée d'une cinquantaine d'étages : les cinq premiers accueillaient les visiteurs, les renseignaient sur les spectacles, les réunions, les jeux... c'était le bureau d'informations ; les cinq suivants contenaient trois salons – servant de salles de réunions, d'espaces de détente ou de réceptions mondaines – ainsi qu'une bibliothèque ; les dix étages au-dessus étaient constitués de deux larges cuisines, d'une salle de jeux, et trois étages de chambres – les citadins vivaient dans les tours, et non au sol, ce qui permettait une certaine protection ; quinze, ensuite, abritaient deux jardins entourés de terrasses extérieures, une salle d'eau – fontaines et bassins publics –, trois étages de chambres, une autre bibliothèque et un bureau d'approvisionnement, qui fournissait les habitants en nouvelles réserves ; quatre étages étaient ensuite réservés aux ambassadeurs, toujours «bien-venus, bien-logés« ; un étage de jardins ; cinq destinés à l'hôpital, où des guérisseurs et magiciens spécialisés s'occupaient des éventuels blessés et malades ; enfin, les cinq derniers, étaient les appartements exclusifs du Maître de Salvia, du sage-elfique le plus célèbre de Serret, et dont Salvia était si fière : jardin, salle d'eau, chambre, bibliothèque, cuisine réservée et bureau. Il vivait là tous les jours, ne sortant que pour de rares promenades sur la terrasse ; son état de santé inquiétait les guérisseurs qui s'occupaient de lui, sa maladie durant depuis déjà trois cycles ; ils avaient fait chercher un homme, ancien élève du Maître, dont il réclamait la présence. Celui-ci ne devait plus tarder à arriver, et ils espéraient que cette rencontre serait source de réconfort pour lui. Il dormait pour le moment, et son médecin attendait avec une impatience indigne d'un elfe l'arrivée de l'homme.
L'homme en question était justement au pied de la Tour ; pour accéder au sommet, il fallait emprunter l'escalier central, qui s'enroulait au centre du bâtiment, et serpentait tout au long des étages, pour finir en arcade élégante sous une niche intérieure, fleurie et spacieuse, depuis laquelle l'accès au jardin du Maître était étroitement surveillé : trois gardes en costume vert sombre, munis d'une lance de bois blanc, accueillirent le nouveau venu ; il fut prié d'ôter ses armes et son bouclier, ainsi que son casque, qui furent déposés auprès d'une plante grimpante qui s'enroula immédiatement autour des objets. Une technique de défense particulièrement efficace. Il fut ensuite emmené dans un petit vestibule, où il se débarrassa de ses vêtements lourds, et pénétra dans la chambre du Maître. Un grondement sourd lui fut adressé : baissant les yeux, il vit une créature blanche, le dos recouvert d'une épaisse fourrure rouge sang, des ailes atrophiées dépassant entre les poils ; son immense gueule, aux canines remontantes, reposait sur deux larges pattes vaguement griffues, et une courte queue, terminée par un crochet naturel en U, se balançait méchamment de part et autre de son arrière-train. Elle était couchée sur une fourrure blanche, déchirée par endroit. L'homme la reconnut tout de suite : elle s'appelait Cuya, c'était une Carna, et elle appartenait au Maître. Après de si longues années, il n'espérait cependant pas qu'elle se souvînt de lui – il était très jeune quand il était parti, et se doutait que son odeur ne serait peut-être pas reconnue. Il s'approcha lentement, poussa une main devant sa gueule, qu'elle renifla avidement ; sa queue s'immobilisa alors, puis la bête se mit en devoir de le décrotter. Il fut grandement soulagé et surpris de la voir si amicale. Rassuré, il se redressa et s'approcha du lit de son Maître ; il dormait.
Étendu sur le dos, les mains croisées sur sa poitrine, son visage si étrangement immobile, vêtu d'une légère tunique de soie rosée, il émanait de l'elfe une impression bouleversante d'immortalité. L'homme se passa une main dans ses cheveux sales, avec le sentiment désagréable de ne pas être à sa place dans un tel lieu, le sentiment d'en être indigne, mal à son aise dans cette pièce à l'atmosphère oppressante. Il regarda le visage de son maître, son long nez aquilin, ses pommettes saillantes, son teint d'un blanc si pur, aussi pur que le blanc des nuages de la saison chaude, ses lèvres minces et nacrées, ses sourcils invisibles tant leur blondeur se confondait au blanc, ses longs cheveux encadrant sa tête, sur l'oreiller, ses yeux jaunes aux prunelles d'un noir si profond, et son regard, si intense, si pénétrant, tel qu'il se le rappelait... Il sursauta : ce regard qui le fixait. Son maître se leva lentement, fit quelques pas mal assurés. L'homme attendait, à l'écart, tétanisé ; cela dit, il ne s’était pas attendu à mieux de sa part, après si longtemps. Il se contentait de suivre l'elfe des yeux, n'osant guère que respirer. Le Maître se tourna soudain vers lui, sembla le reconnaître :
«I'man om» murmura-t-il.
Ils s'étreignirent.
«Mon Fils...»
Il ne put retenir ses larmes ; leur séparation avait été si longue que les retrouvailles l'émouvaient trop pour qu'il puisse se contenir ; il sut, sans savoir comment, que son Maître ressentait la même chose.

Dans la cheminée de la chambre, un feu brûlait avec des crépitements agréables. L'elfe était installé dans un grand fauteuil, près du foyer, son invité sur une chaise en face de lui ; il était revêtu d'un châle épais d'un blanc beige, et avait dans les mains une infusion de S'ogra qu'il buvait par petites gorgées – les pouvoirs curatifs de cette plante d'eau douce étaient indiscutables. Après les embrassades, il avait exigé un récit complet de toutes les aventures du Coureur – dont il connaissait le surnom – lequel, fort à son aise, s'exécuta. Il s'écoula ensuite plusieurs minutes de silence, tandis que l'homme observait l'elfe qui buvait doucement. Puis il demanda :
«Dis-moi, Coureur, qui d'autre connaît ton nom ?»
«Personne d'autre. Juste vous et... qui vous savez. Ainsi bien sûr que tous les elfes qui me connaissent ici.»
«C'est bien...» Un silence. «Alors tu as traversé toutes les Terres ?»
«Non !« Je n'aurais jamais la prétention de dire cela. Disons, en partie.»
«Et ton voyage a-t-il été constructif ?»
L'homme se pencha en avant avec un grand sourire :
«Je l'ai trouvé !» chuchota-t-il.
L'elfe l'observa longuement ; son sourire était celui du loup triomphant qui attrape enfin le gibier qu'il traque depuis des jours. Il était bizarrement plus intéressé par l'homme que par la nouvelle qu'il apportait.
«Vraiment ?» fit-il distraitement.
L'autre s'en aperçut, car il y eut un long silence avant qu'il ne reprenne :
«Je l'ai trouvé» répéta-t-il. «Dans la Citée-homme. C'est assez loin d'ici : il y a la forêt, les plaines, le plateau, encore une forêt et le fleuve. Mais je suis sûr que c'est lui : selon les indices que vous m'avez donnés, il ne s'est pas encore montré, mais il est chez un petit garçon. Il doit avoir aux environs de dix ans, plutôt petit, les cheveux noirs, de grands yeux, tout ce qu'il y a de plus banal... Même si c'est un très beau petit garçon. Mais ce qui est plus intéressant, c'est qu'il est magicien précoce, et doué, je l'ai vu faire. Tout concorde, je n'hésite pas une seconde à l'affirmer. Il est à la Citée-homme.»
Silence.
«Et quel pouvoir... ?»
«L’Apparition.»
Nouveau silence.
«Non... tu en es bien sûr ?»
L'homme hocha la tête gravement, pleinement conscient de la situation délicate de son Maître.
«C'est contre-nature» reprit l'elfe. «Pourquoi un homme ? Il les déteste... Mais ce pouvoir est un signe indéniable : puissant et...» Il s'interrompit, reprit son souffle. «Dix ans, dis-tu ? Il nous reste assez de temps. Je vais faire envoyer quelqu'un... As-tu des nouvelles de la Citée ?»
«Rien de bien palpitant : quelques décrets, un incendie il y a quelques années, un port florissant, le Temple d'Arhok toujours aussi grandiose... J'ai évité de me faire repérer» ajouta-t-il en rentrant la tête dans les épaules, comme pour s'excuser devant l'œil réprobateur de l'elfe face à si peu d'informations.
«Bon, cela ne fait rien. Je vais envoyer une délégation. Contacte Arhok, pour le prévenir ; je dois lui parler de toute urgence. Je suis sûr qu'il pourra se déplacer, il n'a jamais manqué un rendez-vous. Essaie aussi de parler aux autres, Salem, Godric, Haldis, Églantine Montrais, tous les Anciens du Cercle. Une nouvelle réunion s'impose... Au fait, as-tu des nouvelles des autres ?»
«Oui : le premier est au Nord, en voyage ; quant au deuxième, il est avec vos moines qui, en excellents professeurs, lui apprennent le respect, la franchise et l'obéissance...»
«Tu as l'air de désapprouver cette méthode ?»
«Et bien...»
«On ne peut pas dire qu'elle t'ait réussi !»
«Ah !»
Il arborait maintenant un grand sourire ; son maître avait souffert de son éducation : quel piètre élève ! Toujours si prompt à l'indiscipline. Heureusement pour l'elfe, les deux suivants s'étaient montrés plus coopératifs.
«Et maintenant, mon ami, il faut me laisser : j'ai beaucoup de choses à préparer, et cela demandera du temps. Va, et fais ce que je t'ai dit.»
L'homme se leva de sa chaise, obéissant sans protester, et s'apprêtait à quitter la pièce lorsque...
«Kheiron !»
Il se retourna.
Le Maître n'avait pas bougé de son fauteuil, mais il semblait émaner de lui une force indescriptible, puissante, une impression d'immortalité écrasante. Il le fixa un temps avant de dire, un doux sourire aux lèvres :
«Je suis content de te revoir...»


Allez, partagez ! =D


Dernière édition par Hamilcar le Dim 23 Juil 2017 - 11:10, édité 1 fois
avatar

Hamilcar
Team HdR
Team HdR

Dragon Gémeaux

Emploi/loisirs : Grapôtre du Saint Gras
Date d'inscription : 09/09/2011
Nombre de messages : 7789
Avatar © : elenasamko (dArt)

http://www.fanfiction.net/u/1378297/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Atissa le Jeu 24 Mar 2016 - 16:42

Un régal, Ham ! Vraiment xD

Gros coup de cœur tout particulièrement sur "l'herbe d'un vert tendre" et "ses vêtements en piteux état volaient autour de lui" (parce que j'ai une image très bizarre dans la tête à la lecture de cette phrase).
Et cette description catalogue, un monument - si j'ose dire :clown:

BON, je vais me mettre aussi en quête de mes étrons littéraires, je suis certaine qu'il y a du lourd dans mes cartons ~
avatar

Atissa
J'ai à te parler de batailles, de rois et d'éléphants
J'ai à te parler de batailles, de rois et d'éléphants

Singe Sagittaire

Emploi/loisirs : Master Lettres-Modernes. Spécialité : le monstre dans la littérature. Loisirs : dessin, BD, écriture
Date d'inscription : 27/05/2012
Nombre de messages : 5002
Avatar © : Atissa

http://www.jcroset-couleurs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  mariedanj le Sam 26 Mar 2016 - 23:13

OMG! Ham, je préfère 80 mille fois ta dernière version! Y'a des phrases tellement longues que je manquais de souffle! C'était si classique comme prologue xD

Pour ma part, je ne conserve pas mes vieux jets... par contre j'ai gardé mes premiers écrits, du temps où j'étais ado, romantique et imbibée d'eau de rose jusqu'aux os. En voici un aperçu tragique, coquilles et autres erreurs authentiques, j'avais peut-être 14 ans :

Le piano:

____« Un homme brisé, ce Rodrick Cartier ! » s’exclama-t-elle.
____C’était une très vieille dame. Elle avait débité cette histoire quand j’eus prononcé le nom de Rodrick Cartier. J’étais venue au cimetière pour voir sa tombe. Il était un auteur du 19e siècle et il me plaisait bien car il écrivait des histoires d’amour dramatiques. Moi, j’adorait la romance; peu à peu oubliée de nos jours.
____« Je l’ai connu alors qu’il était vieux et moi, j’était jeune et belle, sans être vaniteuse. C’était un homme énormément sympathique, il aurait fait un bon père mais, à ce qu’on disait, il perdu sa bien-aimée avant même son mariage. Elle était, elle aussi, très aimable et elle était d’une beauté… Je l’ai vue sur photo, ma mère qui l’avait connue me la décrivait souvent. C’est d’ailleurs elle, sa meilleure amie soit du temps passant, qui me raconta le drame.
____« C’était le jour même de leurs fiançailles et une veillée avait été organisée en leur honneur. Rodrick et elle valsaient et riaient comme on n’avait jamais vu. Ils faisaient certe un beau couple. Le « plus beau du village ! », se vantaient leurs parents. Mais la fête tirait à sa fin. La fiancée avait été demandée pour jouer du piano. Elle était très douée, Ces jolis doigts dansaient sur les notes, personne ne savait si bien jouer au village, elle était grandiose ! C’est à ce moment que l’inexplicable arriva. Elle tomba subitement dans les bras de Rodrick qui était derrière elle et jamais plus elle n’ouvrit les yeux. On l’enterra au cimetière. Rodrick ne s’en remit jamais…
- Elle est morte de quoi ? dis-je tout bas.
- Personne ne l’a jamais su. On dit alors que le piano était maudit et on en blâma M. Tremblay qui en était propriétaire. Il brûla le piano et plus jamais on ne parla de « la fiancée de Rodrick » ni même prononcé ou donné son nom à un nouveau-né. C’est d’ailleurs pour quoi je ne le connais pas. Et vous, quel est-il ?
- Laura, pourquoi ?
- Par pure curiosité mon enfant !
- Mlle Flynn ? dit la femme au bureau. J’ai finalement trouvé le secteur sur le plan où se trouve M. Cartier. Il est là-bas, dans la vieille partie, à gauche.
____Je me mis donc à la recherche de cette écrivain déchu. Quand j’atteignis sa tombe, mon attention se posa sur celle d’à côté. Face à cette tombe, il était écrit : Laura Flynn, 1855-1874, Fiancée bien-aimée de Rodrick Cartier. Je m’avançai vers la tombe et m’enfonçai dans le sol. J’allai rejoindre mon seul amour.

J'ai aussi trouvé cette chose-là. Un cours d'économie ennuyeux ? Écrivez une lettre qui ne relate absolument rien. Je devais avoir 17 ans. Coquilles et erreurs d'origine.

Lettre:
Le 16 novembre 1994
À qui de droit, (c’est-à-dire en l’occurance, vous, Sonia)
____Ma chère, pendant votre présence chez l’orthopédagogue, je me suis permise, sans, je vous prirais de me demander pardon, oser vous questionner à ce sujet, ce thème, cette lettre, cette affirmation, cet acte de ma part quelque peu absurde (si vous permettez), si je pouvait émmettre mon opinion sur les choses qui m’entoure. Bref, vous écrire un moment pour vous permettre des passer le temps dans ce cours-ci, puisqu’il y a bien des choses qui sont, permettez-moi l’expression, ennuyeuses.
____Malgré l’opinion que vous vous ferez de moi durant, je l’espère, cette courte lettre, je voudrais vous dire, ma chère Sonia, que j’ai apprécié beaucoup votre Macaronie fait à l’occasion de la partie qui à eu lieu chez moi pour notre très respectable Marie-Christine lors de son dix-septième anniversaire. Bien que mes phrases soient quelque peu longues et, sans l’ombre d’un doute, pas très « marrantes » (pardonner l’expression) je vous serais reconnaissante d’avoir pitié et de patienté quelques longs moments encore.
____Donc, suite à cette affreuse lettre (non, ne dite rien, cela pourrais endommager votre voix si charmante soit-elle et pourrais ainsi abimer vos merveilleuses cordes vocales), je vous prirais de vous abstenir d’y répondre car cela utiliserais énormément de votre temps et qui, voyez vous, n’était pas de mon intérait de vous brusquer dans votre horraire ni de vous obliger à vous affairer à votre devoir de citoyenne honnête et polie de me répondre simplement par une autre lettre.
____Je vous remercie si vous avez lu jusqu’à la fin.
____Amicalement vôtre, Marie.

avatar

mariedanj
Prosopopée scintillante
Prosopopée scintillante

Serpent Sagittaire

Date d'inscription : 24/09/2015
Nombre de messages : 1743
Avatar © : moi

http://www.mariedanjou.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Hamilcar le Sam 26 Mar 2016 - 23:19

Aha, merci marie ! xD

Je peux dire la même chose pour toi - ton style actuel est beaucoup plus mature, plus recherché. ^^

Hé, c'est quand même mignon, ce petit texte sur le piano ! :D
avatar

Hamilcar
Team HdR
Team HdR

Dragon Gémeaux

Emploi/loisirs : Grapôtre du Saint Gras
Date d'inscription : 09/09/2011
Nombre de messages : 7789
Avatar © : elenasamko (dArt)

http://www.fanfiction.net/u/1378297/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Atissa le Sam 26 Mar 2016 - 23:30

Mais oui, il est pas si vilain que ça, en plus, ce texte sur le piano (même si on est d'accord, il n'y a pas photo entre ça et ton style actuel !) et même vraiment mignon. :coeur: Ça fait du bien de temps en temps, de retrouver l’innocence perdue le temps d'un texte.

J'ai beaucoup ri notamment sur "homme énormément sympathique"... et sur le chapelet de verbes faibles :clown: Du côté de la lettre, cette phrase est simplement épique : "Malgré l’opinion que vous vous ferez de moi durant, je l’espère, cette courte lettre, je voudrais vous dire, ma chère Sonia, que j’ai apprécié beaucoup votre Macaronie fait à l’occasion de la partie qui à eu lieu chez moi pour notre très respectable Marie-Christine" :cheers:

Faudrait que je songe à vous retrouver mes fossiles aussi. Vraiment.
avatar

Atissa
J'ai à te parler de batailles, de rois et d'éléphants
J'ai à te parler de batailles, de rois et d'éléphants

Singe Sagittaire

Emploi/loisirs : Master Lettres-Modernes. Spécialité : le monstre dans la littérature. Loisirs : dessin, BD, écriture
Date d'inscription : 27/05/2012
Nombre de messages : 5002
Avatar © : Atissa

http://www.jcroset-couleurs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  mariedanj le Sam 26 Mar 2016 - 23:36

Ce qu'il faut savoir c'est que tous, mais tous mes textes à l'époque parlait d'un fantôme et d'un amour perdu... xD
avatar

mariedanj
Prosopopée scintillante
Prosopopée scintillante

Serpent Sagittaire

Date d'inscription : 24/09/2015
Nombre de messages : 1743
Avatar © : moi

http://www.mariedanjou.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Feunard le Dim 27 Mar 2016 - 12:35

Haha, moi j'ai ma première version d'Un Parfum de Rapprochement !

Je ne mets que les 4 premiers chapitres pour ne pas spoil.

truc de débutant:
1. Marc

Cours de français. J'ai horreur de ça. En même temps, je suis en première S. Quel ennui! Pourquoi faire tout ça? Je me demande bien à qui cela pourrait être utile de savoir ce qu'est une épanadiplose. Moi, une fois chirurgien, je ne vais pas sauver des vies avec une figure de style! Joël, mon meilleur ami, me glisse :
- Hé, Marc, t'as vu, le décolleté de la prof est vachement sexy!
Lui alors, il ne changera jamais. Depuis que je le connais (la sixième), il drague toutes les filles qui passent. Il a une tête de dragueur, avec sa peau noire et ses cheveux en bataille. C'est vrai que la prof est jeune (vingt-deux ans) et qu’elle a un physique de mannequin, mais c'est pas une raison pour loucher sur sa poitrine! Je lui réponds :
« Rêve pas, t'as aucune chance : elle a six ans de plus que toi et en plus elle a déjà M. Lilas comme petit copain! »
Nous rions. M. Lilas, c'est le prof d'histoire. Il est moche, vieux et sourd comme un pot. Le contraire d'elle! Et en plus il la drague! Et comme elle s'appelle Mme Rose...
« Qu'est-ce qui vous fait autant rire, M. Ecot? »
Je bredouille :
« Euuh il ne vaudrait mieux pas que vous le sachiez...
- Bon. Qu'est-ce qu'une épanadiplose? »
Ouf, elle ne cherche pas à savoir. Mais je panique à nouveau : je n'ai rien écouté et ne sais pas répondre! Heureusement, Léa, derrière moi, me souffle la réponse que je dis à voix haute :
« C'est quand, par exemple, le chapitre d'un livre commence et finit par la même idée ou le même mot! »
Mme Rose, surprise, continue son cours.
Je remercie Léa. Cette fille, c'est à peu près la seule personne de la classe qui aime bien le français! Je pense qu'elle en pince pour moi. Moi non. Elle n'est pas vilaine, même assez jolie, avec ses longs cheveux noirs et ses yeux verts, mais ce n'est pas mon genre. Et puis mon coeur est déjà pris. Elle s'appelle Anna. Elle est en seconde. Je ne lui ai jamais parlé, mais je n'arrête pas de la suivre. Elle a de superbes cheveux châtains aux longues et gracieuses boucles. Elle a de beaux yeux marrons et des lèvres charnues que mon plus grand rêve serait d'embrasser. Elle est vraiment mignonne. J'aimerais tellement être plus proche d'elle...
« Toi, je sais à qui tu penses! T'inquiète, je la draguerai pas, celle-là! »
Je souris à Joël. Il me lance un clin d'oeil. Ce n’est pas mon meilleur ami pour rien!
La sonnerie retentit. Je sors du cours. Ouf, il est dix-huit heures, j'ai enfin fini! Ma mère m'appelle. Est-ce que je réponds? Elle va encore me bassiner avec ses histoires. Figurez-vous qu'elle croit aux fantômes, aux vampires, aux dragons et autres personnages fantastiques. C'est énervant! Je réponds quand même.
« Allô?
- Oui, Marc, c'est Maman. Attends-moi dans le hall du lycée : c'est la pleine lune, des loups-garous pourraient t'attaquer! J'arrive avec la Twingo.
- OK... »
Je pousse un gros soupir. Des loups-garous! N'importe quoi! J'explique à Joël pourquoi je ne peux pas l'accompagner. Il s'en va en se marrant. Moi, à force, ça ne me fait plus rire!
Je reste dans le hall. Soudain, j'aperçois Anna. Mon coeur sautille comme un lapin fou.
Elle parle avec ses amies, deux terminales que je ne connais pas. Je songe à aller la voir, mais je suis trop timide, et je ne veux pas la déranger. Et puis elle ne me connaît pas. J’ai trop peur de paraître ridicule à ses yeux. Je passe un moment à la regarder. Quand vais-je enfin me décider à lui parler?
Ma mère arrive. Elle porte des vêtements censés « repousser le mal », ce qui la fait ressembler à une voyante. Je monte dans la petite Twingo rouge aménagée par ses soins : ail contre les vampires (vive l'odeur...), aspirateur à fantômes (c'est un banal aspirateur), cape antisort contre les sorcières, phares "lumière du jour artificielle" contre les loups-garous etc... Elle allume ces derniers et fait son habituelle tirade comme quoi les loups-garous sont dangereux, et blablabla...
Nous rentrons à la maison. Je fais mes devoirs en pensant à Anna.

2. Anna

Dix-huit heures. Je me réveille du cours de Mme Jaccaz. Cette prof, une vieille aux cheveux frisés et dont les seins sont au milieu du ventre, a une voix tellement soporifique que si on essaie de l'écouter, on s'endort! En plus, elle ne remarque pas nos petits roupillons. Moi, elle ne m'a remarqué une fois où je bavardais, alors que c'est mon activité favorite :
« Mademoiselle Lebac, taisez-vous! »
Oui, je m'appelle Anna Lebac. Ce qui fait rire les gens de ma classe. Et ce, depuis la primaire.
« Anna, tu passes ton bac?
- Tu auras besoin des Annabac! »
Merci, maman...
Nous sortons. Ophélie, ma meilleure amie, me fait :
« Alors, bien dormi ?
- Ouais, et j’aurai moins de chance cette nuit : c’est la pleine lune !
- Ah ? Moi ça ne m’empêche pas de dormir.
- T’as du bol ! »
Je l’accompagne à son arrêt de bus. En chemin, nous croisons son ex, que nous surnommons « le Flamant à Grosse Tête » (ne cherchez pas d’explications, c’est un de ces nombreux surnoms stupides que nos donnons aux garçons). Moi, je retourne dans le hall du lycée. Je rejoins deux amies de terminale - Charline, une fille aux cheveux bruns et assez petite pour son âge, et Patricia, une fille aux cheveux ondulés et un peu enveloppée mais jolie quand même - et discute un moment avec elles. On parle de tout, de rien et de n’importe quoi, et on rigole bien. De toute façon, je rentre quand je veux. Cette semaine, ma mère est en vacances en Egypte avec mon beau-père. Quand à mon père, il habite en Bourgogne et à cause de son boulot, il ne peut pas venir en Savoie. Il n’y a que ma sœur, Morgane.
A dix-huit heures trente, je me décide à rentrer. Dehors, il fait froid et nuit, on voit la pleine lune. Dire que là où est ma mère, il fait vingt degrés de plus ! Ici, il fait cinq degrés. Vive le mois de Novembre ! Je prends le bus, rentre chez moi puis fais mes devoirs en écoutant Stromae, ma « musique du moment ». Ma sœur fait des pâtes (mon plat préféré !) Nous les mangeons pendant qu’elle me parle ENCORE de son petit copain Théo… Et il est beau, et il est gentil, et blablabla… C’est peut-être vrai, mais elle me le dit tout le temps ! Elle m’annonce qu’elle va dormir chez lui demain soir. Ok. Je serai tranquille !
Je vais me coucher. Je n’arrive pas à dormir à cause de la pleine lune, alors je me plonge dans mes habituelles pensées. Si seulement j’avais un petit ami… J’ai déjà aimé deux garçons. Les deux m’ont mis un râteau. Moi, je n’ai jamais mis un râteau à qui que ce soit. Et j’ai une impression désagréable. Celle qu’aucun mec ne me croise en se disant « Tiens ! Elle est jolie ! » Et que je ne plais à personne. Mais je reprends mes esprits rapidement. Ne jamais déprimer, c’est ma devise. Et puis, qui sait, peut-être qu’un garçon rêve de moi en ce moment même… Quoique, il ne faut pas non plus trop en espérer. Je dois être patiente. Ma certitude, c’est qu’un jour, j’aurai un petit ami ! Quand, telle est la question… J’arrive finalement à m’endormir et fais de beaux rêves.

3. Marc

Après manger, ma mère me demande de sortir les poubelles. Elle dit que les loups-garous ne vont pas m’attaquer car ils détestent les mauvaises odeurs. N’importe quoi ! Devant mon portail, j’aperçois une silhouette de vieille dame. Après avoir jeté les poubelles, je m’avance vers elle. Elle dégage quelque chose d’étrange… Je lui propose quand même mon aide :
« Bonjour, vieille dame. Vous avez besoin de quelque chose ? »
Elle se retourne. Elle a de longs cheveux noirs, un nez crochu avec des verrues, des yeux méchants et des dents en moins. Exactement comme les sorcières auxquelles ma mère croit ! Elle ressemble vachement à la sorcière dans Blanche Neige, d’ailleurs. Son déguisement est très réussi ! Elle me répond avec une voix sinistre :
« Tu as osé me traiter de vieille ? Tu vas subir ma colère pour m’avoir insulté, moi, la grande sorcière Babacar ! »
Sur ce, elle sort une baguette de son long manteau. J’éclate de rire. Cette dame se prend vraiment pour une sorcière ! Ce n’est pas Halloween, pourtant. Soudain, un rai de lumière blanche sort de sa baguette et m’atteint en pleine poitrine ! Je me sens tout bizarre, et j’ai à peine le temps de prendre peur que je rétrécis à une vitesse hallucinante. Je sens mes bras et mes jambes disparaître, et mon corps se transformer. La sorcière me regarde avec une jubilation méchante. Mon corps cesse de bouger. J’essaie d’hurler, mais ma bouche a disparu. En quoi m’a-t-elle transformé ? Quelque chose de petit en tout cas, car mes yeux, qui fonctionnent toujours, sont au niveau du sol. La vieille met alors un miroir devant moi afin que je voie l’étendue de sa « vengeance ». Glacé d’horreur, je vois dans le miroir en quoi elle m’a transformé. Je suis devenu un foulard ! Un foulard en soie roux comme mes cheveux et parsemé de taches bleues comme mes yeux. Par deux de ces taches, j’arrive à voir ce qui m’entoure. Je peux aussi entendre et sentir. Et toucher, puisque je sens que je touche le sol. La vieille me parle alors, avec un ricanement effrayant :
« Hahahaaa ! Je t’ai transformé en foulard ! Je vais t’envoyer dans un magasin, bien caché pour que personne ne te trouve ! Ton seul moyen de redevenir humain sera qu’une fille plus jeune que toi t’embrasse ! Mais jamais ça n’arrivera, personne n’embrasse un foulard ! »
Puis elle éclate d’un rire démoniaque. Elle fait un tour avec sa baguette pour me téléporter, mais juste avant que le sort fasse effet, j’aperçois ma mère à la fenêtre. Elle a vu toute la scène ! Puis le décor se brouille et change pour former peu à peu celui d’un magasin éteint. Soudain, la lumière s’allume. Une femme de ménage arrive. Elle me voit, me prend puis me met dans une caisse avec d’autres foulards. Accablé de tristesse, je pleure, bien qu’aucune larme ne coule. Ma mère avait raison depuis le début, et je ne l’ai jamais écoutée. La reverrai-je un jour, ainsi que Joël et tous mes amis ? Et Anna ? Anna… D’un seul coup, son nom me réveille. Anna a quatorze ans, elle a sauté une classe. Elle est donc plus jeune que moi, vu que j’ai moi aussi sauté une classe ! Peut-être pourra-t-elle briser le maléfice ! Mais encore faut-il qu’elle entre dans le magasin. Je tente un coup d’œil vers la vitre du magasin et m’aperçois que j’ai atterri au magasin M&H, juste à côté du lycée ! Il y a donc un espoir… Mais il faut aussi qu’elle me trouve et m’achète, car étant désormais un objet, j’ai un prix. J’ai même une étiquette ! Il faudrait donc qu’elle ait besoin d’un foulard, et qu’elle me choisisse, moi ! Je passe la nuit en attendant le lendemain, plein d’espoir.

4. Anna

Réveil difficile. J’ai du m’endormir vers deux heures du matin pour me réveiller à six heures. Je pars plus tôt que d’habitude de chez moi pour discuter avec les terminales. Arrivée là-bas, je discute avec Charline, Patricia et Romain, un garçon brun-roux (et un de mes amis). Ayant pris le journal, je fais lire l’horoscope à tout le monde, puis lis le mien. « Soyez de bonne humeur aujourd’hui car, prochainement, vous rencontrerez l’Amour ! » Je rigole. Ça m’étonnerait ! Enfin, on peut s’attendre à tout… En fait, j’espère que l’horoscope dit vrai. Mais de toute façon, l’astrologie, c’est du bidon. Comme je le dis souvent, ça doit être pas mal d’être astrologue : t’inventes des trucs tous les matins, et t’es payé ! Patricia me dit qu’elle doit aller acheter des boucles d’oreille à son amie pour son anniversaire, et me demande de l’accompagner à M&H pendant notre heure de perm en commun, de dix heures à onze heures. J’accepte. J’en profiterai pour acheter un foulard, vu que je n’en ai pas et que j’ai des sous. Je salue mes amis et vais en cours. La prof d’allemand est super cool mais la prof d’italien est pourrie. Je rejoins Patricia à dix heures, après la récré. Avant de passer à M&H, nous allons acheter à manger à Xonoprim car nous sommes de grosses gourmandes ! Puis nous entrons dans le magasin de fringues et Pat (Patricia) va voir les boucles d’oreille pendant que je me dirige vers les foulards. Un beau foulard orange et bleu attire mon attention. En m’approchant, je découvre qu’il est en soie. Et il est au même prix que les autres, qui sont en simple coton ! J’en profite pour l’acheter. La vendeuse fait une tête bizarre en découvrant à son tour la matière du foulard, mais comme il y a l’étiquette, elle ne pose pas de questions. Je le mets tout de suite. Il est super doux ! Je rejoins Pat, qui a trouvé des boucles d’oreille, et lui montre mon foulard. Elle le trouve joli. Nous allons en perm pour manger et discuter, puis nous retournons en cours. J’ai SES. Le prof est super ! Ça sonne. C’est l’heure de manger ! Je rejoins Hugo, un ami, ou plutôt le premier ami que j’ai considéré comme plus qu’un ami. Bien que mes sentiments aient disparu -pas totalement, d’ailleurs, car on ne cesse jamais complètement d’aimer quelqu’un-, j’aime bien regarder ses yeux bleus, de temps en temps. Bref. Nous mangeons. Il trouve que mon foulard et joli, et dit que sa couleur orange est exactement de la même couleur que les cheveux d’un gars qu’il connaît. Et que d’ailleurs, ce même gars a les yeux bleus comme les taches du foulard ! Je me demande qui. Au cas où vous n’auriez pas remarqué, j’adore les yeux bleus ! Les miens sont marrons, et d’un marron que je n’aime pas trop. C’est l’heure, je salue Hugo puis vais en cours d’histoire.


Et pire : un petit texte fantastique que j'avais écrit en 4ème, pour lequel ma prof m'avait mis 17,5/20 en disant que c'était "impeccablement bien écrit" xD

L'homme-chat:
J'étais seule, j'avais quinze ans et j'adorais les chats car je n'avais aucun ami donc je m'attachais beaucoup à ces bêtes. Tous les jours, au lycée, j'emportais un minuscule chaton dans mon sac et dès que j'en avais l'occasion, je le caressais, le câlinais...

Un jour, alors que je caressais mon chaton pendant la récréation, un garçon d'à peu près mon âge vint vers moi. Il était étrange car il avait un manteau de fourrure qui semblait lui être collé à la peau et il avait des moustaches de chat. Il vint donc vers moi et se mit à renifler mon chaton comme s'il était attiré par lui. Je fermai vivement mon sac pour protéger mon animal et l'étrange garçon se mit à me dévisager. J'étais stupéfaite. Ses yeux étaient jaunes, d'un jaune si éclatant que j'en fus éblouie. Il commença à me parler d'une très petite voix, il voulait devenir mon ami. J'hésitai au début car il était bizarre, mais comme je n'avais aucun ami, j'acceptai avec plaisir, avec tellement de plaisir qu'il miaula de joie!

J'étais ébahie, puis je lui demandai s'il aimait les chats et il miaula à nouveau en guise de réponse. C'est à ce moment-là que mon chaton s'enfuit de mon sac et commença à courir dans la cour. Mon ami le poursuivit en courant de la même manière que lui. J'essayai de les suivre mais je remarquai bien vite que c'était inutile d'essayer de courir après un chat.

La fin de la récréation sonna. C'était presque un supplice de suivre les cours car je craignais qu'il soit arrivé quelque chose à mon animal malgré mon nouvel ami qui le suivait dans sa course.

A la récréation suivante, je retrouvai mon ami avec mon chaton dans les mains! Je le remerciai poliment.
A la fin des cours, mon nouvel ami m'attendait à la sortie. il voulait m'inviter à dormir chez lui. Sa maison était tout à fait normale, meublée normalement et bien rangée. Mais un détail me frappa : à la place de son lit, il y avait un panier! Il m'installa dans un lit où je me couchai avec mon chaton.

Pendant la nuit, j'entendis un drôle de bruit qui me réveilla. Je sortis de mon lit, ouvris la porte et... découvris des chats, une multitude de chats! J'étais médusée. Parmi eux, je retrouvai mon chaton, puis mon ami qui était devenu un énorme chat. Je ne sus plus quoi faire. J'allais me recoucher quand mon ami m'agrippa la jambe avec une telle force que je ne pouvais pas me libérer. Mon chaton lui sauta dessus pour me protéger, mais comme il était plus petit, il n'arrivait pas à lutter. Sans réfléchir, j'assomai le gros chat, attrapai mon pauvre chaton et retournai chez moi.

Le lendemain, au lycée, tout était normal. Pas de trace de chat. C'est comme si tout cela n'avait jamais existé.
avatar

Feunard
Serial auteur et Hannibal lecteur
Serial auteur et Hannibal lecteur

Chat Vierge

Emploi/loisirs : Etudiante en sciences de l'éducation/Jeux vidéo, kendo, flûte à bec (celtique)
Date d'inscription : 20/04/2015
Nombre de messages : 913
Avatar © : inconnu

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Atissa le Dim 27 Mar 2016 - 13:11

Oh ouuiii, je me rappelle de ce début de ta nouvelle, j'étais passée commenter même ^^
C'est marrant de voir les premières versions de nos textes et de comparer avec la énième réécriture xD

Il est l'heure de vous balancer pour ma part une perle de classe de CE2 que j'ai retrouvée dans mes cartons. Comme Marie, je retranscris avec les fautes d'origine. Et pour la petite explication avant de démarrer, les personnages sont des pièces du jeu d'échecs. Et la narratrice est Reine Blanche. Voilà, sur-ce, amusez-vous les amis :clown:

Spoiler:
Mardi 3 mai, en arrivent dans la classe, en allant m'asseoire à côté de Tour Blanche, je donne comme toujours un furtif regard sur Pion noir, que j'aime depuis le début de l'année. Il est noir, mais je m'en moque royalement [cette phrase est à remettre dans son contexte xD ] tant il est très mignon, avec ses petites joues roses et potelées. Il est aussi et surtout très gentil. Même avec les pièces blanches. Une fois assise, Tour Blanche m'a demander doucement :
"Pourquoi tu le regardes toujours, Pion Noir ?
- Ça ne te regarde pas, ais-je répondu. [chuis la Reine, maggle]
- Mais je suis ta meilleure amie depuis 3 ans !
- Même. C'est ma vie priver."
Soudain la prof de math nous a pris en train de discuter.
"Reine Blanche, tu dors ?!
- Non, je parle.
- Alors parle sur la géométrie ! Tu éxagères !
- Non, je ne suis pas Xagère. Bon... Le rayon du cercle est égal à... euh...
- Bravo, je vois que papoter avec Tour est plus important que ton travail. Tu as intérêt à être plus attentive. Tu es privé de récréation pour cette fois !
- D'accord." [putain, le je m'en foutisme et l'insolence de tout ce dialogue xD Lénius en puissance, dans un stade pré-natal xD]
Qu'elle caractère de chien ! Privé de récré pour ça ! Alors je me mets difficilement aux maths. C'était la math-ière que je détestais le plus. J'y avais une colexion de zéros et de petits chiffres au moins pas difficile à additionner. Tour Blanche, elle, elle est très bonne élève, ça m'étonne pas, ses études passent avant tout. Mais elle est assez sympa. On est devenu amies quand elle m'a évité un renvoi en CE2. [fuck, un renvoi en CE2, c'est quoi ce truc de malades xD] Elle a l'air d'une princesse avec son teint rosé, ses yeux saphir et ses lèvres vermèlles. Elle porte tout le temps un peigne brillant. On va bien ensemble, j'ai les yeux clairs. Mais certains m'appellent "la borgnesse" parce que j'ai un œil abîmé de naissance, et presque fermé. Mais revenons sur les maths - parce que j'y suis aussi fermée que ma paupière gauche. J'ai quasiment fini, alors je vais rendre ma feuille en même temps que Tour Blanche, et je suis persuadée que je vais encore avoir moins de 10/20. Tout à coup, la cloche retentit, enfin la récré ! Mais je me réjouissais bien trop vite parce que je devais rester dans la classe. Les autres défilent devant moi pour sortir en causan.
Tout à coup, Pion Noir approche pour prendre la porte. Il me glisse un regard. Il est venu vers moi pendant que la prof avait son nez dans les chiottes - dans nos copies.
"Je peux te parler vite fait ? me dit-il timidement.
- Oui !"
Il a sorti de son sac deux petites broches à l'effigie d'oiseaux exotiques. Les deux mêmes. Il m'en tend une et dit :
"J'en garde une, je t'offre la deuxième. Ce sont des inséparables."
Je l'ai remercié - j'ai même umpeu pleurer - et l'ai vite rangée dans ma sacoche alors que Pion Noir s'éloigne et que la prof relève la tête. J'ai passé la récré en retenue dans la classe, mais je m'en moque, les dernières secondes avaient été un des plus beaux moments de ma vie.


Dernière édition par Atissa le Dim 27 Mar 2016 - 13:28, édité 2 fois
avatar

Atissa
J'ai à te parler de batailles, de rois et d'éléphants
J'ai à te parler de batailles, de rois et d'éléphants

Singe Sagittaire

Emploi/loisirs : Master Lettres-Modernes. Spécialité : le monstre dans la littérature. Loisirs : dessin, BD, écriture
Date d'inscription : 27/05/2012
Nombre de messages : 5002
Avatar © : Atissa

http://www.jcroset-couleurs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Hamilcar le Dim 27 Mar 2016 - 13:17

mdr

Seigneur, ça devrait être collector ! En plus c'est trop mignon !! :GRRKIT:

Les tentatives d'humour sont tellement chou xD

Par contre, la colexion et les lèvres vermèlles sont un régal ! =D
avatar

Hamilcar
Team HdR
Team HdR

Dragon Gémeaux

Emploi/loisirs : Grapôtre du Saint Gras
Date d'inscription : 09/09/2011
Nombre de messages : 7789
Avatar © : elenasamko (dArt)

http://www.fanfiction.net/u/1378297/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Atissa le Dim 27 Mar 2016 - 13:26

xD

Oui, ce roman Pion Noir et Reine Blanche EST collector :clown:
avatar

Atissa
J'ai à te parler de batailles, de rois et d'éléphants
J'ai à te parler de batailles, de rois et d'éléphants

Singe Sagittaire

Emploi/loisirs : Master Lettres-Modernes. Spécialité : le monstre dans la littérature. Loisirs : dessin, BD, écriture
Date d'inscription : 27/05/2012
Nombre de messages : 5002
Avatar © : Atissa

http://www.jcroset-couleurs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  mariedanj le Dim 27 Mar 2016 - 14:27

@Feunard a écrit:ma prof m'avait mis 17,5/20 en disant que c'était "impeccablement bien écrit"
T'imagines le travail des autres en comparaison ? Mais sinon cette histoire n'a ni queue ni tête et encore moins de but. :shock:

@Atissa a écrit:On va bien ensemble, j'ai les yeux clairs.
Logique implacable. Et Pion noir qui est tout "choupi" avec ses inséparables... xD Ahhhh, le rêve adolescent !
avatar

mariedanj
Prosopopée scintillante
Prosopopée scintillante

Serpent Sagittaire

Date d'inscription : 24/09/2015
Nombre de messages : 1743
Avatar © : moi

http://www.mariedanjou.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Atissa le Dim 27 Mar 2016 - 14:47

Huhu, oui c'est tout à fait logique ! :P
avatar

Atissa
J'ai à te parler de batailles, de rois et d'éléphants
J'ai à te parler de batailles, de rois et d'éléphants

Singe Sagittaire

Emploi/loisirs : Master Lettres-Modernes. Spécialité : le monstre dans la littérature. Loisirs : dessin, BD, écriture
Date d'inscription : 27/05/2012
Nombre de messages : 5002
Avatar © : Atissa

http://www.jcroset-couleurs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Shummi A. le Dim 27 Mar 2016 - 17:21

Énorme!
Faudrait que je mette mes anciens écrits aussi (honte a moi xD)
avatar

Shummi A.
C'est véritablement utile puisque c'est joli
C'est véritablement utile puisque c'est joli

Buffle Capricorne

Emploi/loisirs : BTSbioAC/ Ecriture
Date d'inscription : 28/07/2015
Nombre de messages : 499
Avatar © : pinterest

https://leschroniquesdaurabroodiers.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Garm le Dim 27 Mar 2016 - 18:35

Tu écrivais comme ça en CE2 tissou :shock: ?? C'est quand même sacrément évolué pour du CE2 :shock: !

J'ai voulu écrire une histoire en cinquième, je l'ai même imprimée et réalisé une couverture xD !
Par contre, l'histoire est BEAUCOUP TROP inspiré d'un jeu vidéo auquel je jouais à l'époque...

Je l'ai que en version imprimée par contre, du coup j'ai pas envie de tout retranscrire xD !

L'intro en résumé : Avant y'avait un démon méchant il a fait du mal mais la déesse l'a fait taire avec les 11 feuilles magiques et elle a laissé derrière elle un livre qui permet de la ranimer si jamais le démon revient. Au moment de l'histoire, le sortilège de la déesse va bientôt être rompu et y'a besoin d'un héros pour rassembler les feuilles magiques et ainsi faire manger ses morts au démon.

Chapitre 1 : énumération des gens qui se proposent en tant que héros. Pourcentages de chacun et explications d'un truc dont on s'en tape : les élections. Au final, c'est Lister (ce nom ultra classe) qui gagne les élections, et donc c'est le protagoniste. La foule l'applaudit blablabla.
Et maintenant, un extrait :
chapitre 1:

Lister rejoignit alors sa maison pour se reposer car son voyage débute le lendemain. Arrivé chez lui, il constata que quelque chose avait changé : la maison était calme, très calme. Il prit l'escalier pour monter dans sa chambre et... surprise ! Toute sa famille et tous ses amis l'y attendaient ! Tout le monde le félicita pour son élection et c'est un dialogue entre tous qui commença :
"La mère- Je suis fière de toi, mon fils !
-Le père- Et moi donc. [le père qui s'en bat allégrement les c*******]
-Son frère- J'aimerai tellement partir avec toi !
-Lister- Je suis désolé Yatu mais c'est impossible...
-La mère- Ton frère a raison. Ramener les 11 artefacts ne sera pas sans difficulté.
-Sa soeur- Nous penserons à toi tous les jours !
-Son père- Maintenant, il faut choisir qui partira avec lui.
-Rogue, son meilleur ami- J'aimerai l'accompagner si cela ne vous dérange pas.
-Le père- Je pense que c'est raisonnable. Et il déclara : Rogue accompagnera Lister dans sa quête ! " Et la soirée se termina par un luxueux repas. Le lendemain matin, le héros partit consulter [le livre laissé par la déesse pour savoir où sont les artefacts] chez le grand sage pour savoir où il devra se diriger en premier. Dans le livre se trouvait une carte qui indiquait la position des artefacts. D'après la carte, le premier artefact se trouvait dans le désert polaire de Tangyuo où se trouvaient les cavernes de glaces.

Après, chapitre 2, ils arrivent dans le désert mais trop easy ils ont des vêtements chauds et tout. Ils trouvent une demoiselle évanouie, la sauve avec de l'eau chaude sortit de nulle part et en trente secondes acceptent de la prendre dans leur groupe (ils seraient morts 42 fois si c'était un piège). Ils parlent avec elle, découvrent qu'elle est orpheline, lui demandent si elle a reçu la permission de voyager comme ça avec des inconnus. Apparemment dans cet orphelinat ils devaient être trop nombreux parce que ça a été facile de les convaincre xD.
En fait j'ai même plus envie de continuer x). C'est sans intérêt tellement c'est plat et cliché xD !

Pour finir, un dialogue :
Dialogue:

-??? Je m'appelle Diomède et je suis un Elfe de la nuit. Vous savez il n'est pas très prudent de se promener dans cette forêt a un nombre si petit.
-Rogue- Tssss, arrête de frimer !
-Lister- Merci beaucoup de nous avoir sauvé, mon nom est Lister et mes compagnons sont Rogue et Saria.
-Diomède- Je vois mais que faîtes vous exactement dans cette forêt lugubre ?
-Saria- En fait nous sommes le groupe du héros et nous sommes a la recherche de l'artefact des matières.
-Rogue- Et nous cherchons le village des esprits.
-Diomède- Eh bien, je n'aurais pas cru que vous soyez les héros ! Ha ha ha ! [OOOOOOOH, shots fired !!!]
-Lister, Rogue et Saria- ...
-Diomède- Je vois qu'on ne peut plus plaisanter maintenant ! Bon. Je veux bien vous conduire dans mon village mais soyez très prudent !
avatar

Garm
Dormeur du val
Dormeur du val

Tigre Cancer

Emploi/loisirs : *
Date d'inscription : 01/11/2014
Nombre de messages : 2052
Avatar © : ???

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Atissa le Dim 27 Mar 2016 - 18:49

Tu écrivais comme ça en CE2 tissou :shock: ?? C'est quand même sacrément évolué pour du CE2 :shock: !

Euh... merci xD

Ton texte envoie du lourd aussi je dois dire !
Le "et c'est un dialogue entre tous qui commença" vend du rêve morph C'est totalement WTF comme phrase !
Joli boulot sur les noms en revanche, Lister et Diomède, j'aime beaucoup. Mention spéciale à la référence mythologique, et à Harry Potter ;)
avatar

Atissa
J'ai à te parler de batailles, de rois et d'éléphants
J'ai à te parler de batailles, de rois et d'éléphants

Singe Sagittaire

Emploi/loisirs : Master Lettres-Modernes. Spécialité : le monstre dans la littérature. Loisirs : dessin, BD, écriture
Date d'inscription : 27/05/2012
Nombre de messages : 5002
Avatar © : Atissa

http://www.jcroset-couleurs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Garm le Dim 27 Mar 2016 - 19:03

Oui, la phrase sortit de nulle part xD !
Les noms sonnent pas très bien je trouve, à part Diomède (trouvé par un ami) et Saria (repris d'un autre jeu :arrow:).
Par contre, y'a une référence mythologique là-dedans xD ?
Et Rogue c'était absolument pas fait exprès :arrow:.

avatar

Garm
Dormeur du val
Dormeur du val

Tigre Cancer

Emploi/loisirs : *
Date d'inscription : 01/11/2014
Nombre de messages : 2052
Avatar © : ???

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Atissa le Dim 27 Mar 2016 - 19:07

xD C'est marrant pour Rogue alors !
Yep, Diomède, c'est un personnage mythologique. Un roi qui participe à la guerre de Troie, et il a aussi les "juments de Diomède" d'un des douze travaux d'Hercule.

Oooooh, Saria !
C'est un personnage de Zelda non ? Une petite fille de la forêt avec les cheveux verts ~
avatar

Atissa
J'ai à te parler de batailles, de rois et d'éléphants
J'ai à te parler de batailles, de rois et d'éléphants

Singe Sagittaire

Emploi/loisirs : Master Lettres-Modernes. Spécialité : le monstre dans la littérature. Loisirs : dessin, BD, écriture
Date d'inscription : 27/05/2012
Nombre de messages : 5002
Avatar © : Atissa

http://www.jcroset-couleurs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Garm le Dim 27 Mar 2016 - 19:09

@Atissa a écrit:xD C'est marrant pour Rogue alors !
Yep, Diomède, c'est un personnage mythologique. Un roi qui participe à la guerre de Troie, et il a aussi les "juments de Diomède" d'un des douze travaux d'Hercule.

Oooooh, Saria !
C'est un personnage de Zelda non ? Une petite fille de la forêt avec les cheveux verts ~
Ahh d'accord ! J'avais jamais fait le lien avec la mythologie ! Il faudra que je réutilise ce nom à l'occasion. Il y a moyen d'avoir un symbole fort avec ça (le genre de petits trucs cachés).
Oui, c'est la petite fille qu'on voit au début de Zelda Ocarina of Time, la meilleure amie de Link :star: !
J'adore ce prénom, il est très joli~
avatar

Garm
Dormeur du val
Dormeur du val

Tigre Cancer

Emploi/loisirs : *
Date d'inscription : 01/11/2014
Nombre de messages : 2052
Avatar © : ???

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  groskrox le Dim 27 Mar 2016 - 19:20

Le titre de ce topic me fait visualiser un Xénomorphe à chaque fois (Alien: Resurrection) xD
avatar

groskrox
Raconte des blagues à l'homme qui rit
Raconte des blagues à l'homme qui rit

Dragon Capricorne

Emploi/loisirs : Biatch de la compagnie du thé :x
Date d'inscription : 18/09/2010
Nombre de messages : 3548
Avatar © : Маря Кочеткова

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Feunard le Lun 8 Aoû 2016 - 13:05

Oh my, je viens de retrouver un texte que j'avais écrit en 4ème, pour le cours de latin-grec xD

Zeus et Mira:

Il existait une jeune mortelle nommée Mira. Elle était très intelligente, très joyeuse mais surtout si jolie que Zeus tomba sous son charme.
Mais les parents de la jeune fille voulaient l'obliger à se marier avec un homme qu'elle trouvait stupide, donc elle pleurait sans cesse dans sa chambre.
Au début, Zeus se présenta devant elle transformé en chaton car elle aimait ça mais elle en était allergique. Le dieu essaya de se métamorphoser en tout les animaux possibles mais ils furent tous rejetés car Zeus découvrit que Mira n'aimait pas avoir de la compagnie.
Alors il se transforma en miroir, et quand elle le vit, elle trouva que c'était l'objet le plus beau, le plus utile, le plus incroyable de tous car ce miroir avait un secret : il reflétait la personne qu'on deviendrait, y compris la personnalité. Mira vit une fille seule et triste, et elle comprit qu'elle devait accepter d'avoir de la compagnie.
Alors Zeus reprit sa forme de dieu devant Mira qui fut très surprise de le voir et qui s'enfuit.
Zeus partit à sa poursuite dans la forêt et la rattrapa bien vite. La jeune fille demanda qui il était, et il répondit qu'il était un dieu et qu'il l'aimait. Elle se dit que se marier avec un dieu devait être plus amusant qu'avec l'idiot qui la demandait en mariage, donc elle dit à Zeus :
" Mais mes parents veulent me marier avec un homme que je trouve stupide ! "
A ces mots, Zeus transforma les parents de Mira et celui qu'elle devait épouser en arbres et tout fut réglé. Le couple resta ensemble jusqu'à ce que Zeus tombe amoureux de sa prochaine femme.

Moralité : si des gens vous embêtent, changez-les en arbres ! Vos problèmes seront réglés ! xD
avatar

Feunard
Serial auteur et Hannibal lecteur
Serial auteur et Hannibal lecteur

Chat Vierge

Emploi/loisirs : Etudiante en sciences de l'éducation/Jeux vidéo, kendo, flûte à bec (celtique)
Date d'inscription : 20/04/2015
Nombre de messages : 913
Avatar © : inconnu

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Hamilcar le Lun 8 Aoû 2016 - 13:11

"Jusqu'à ce que Zeus tombe amoureux de sa prochaine femme."

mdr

Tu résumes bien sa vie, là ! xD
avatar

Hamilcar
Team HdR
Team HdR

Dragon Gémeaux

Emploi/loisirs : Grapôtre du Saint Gras
Date d'inscription : 09/09/2011
Nombre de messages : 7789
Avatar © : elenasamko (dArt)

http://www.fanfiction.net/u/1378297/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Garm le Lun 8 Aoû 2016 - 13:16

Cette chute xDDD !!

Par contre, le miroir, c'est pas genre du plagia d'harry potter xD ?
avatar

Garm
Dormeur du val
Dormeur du val

Tigre Cancer

Emploi/loisirs : *
Date d'inscription : 01/11/2014
Nombre de messages : 2052
Avatar © : ???

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Chaussure le Lun 8 Aoû 2016 - 13:18

Hé bé ! c'est encore assez classe. Moi, mon premier texte est genre bien dégueu. Jsaurais même pas le retrouver dans les méandres d'internet. Ça décrit les aventures du Seigneur Decapitor, qui tue des ours à main nu pour sauver son village des habitants de la forêt. Waza. N'imp. Juvénile et sanglant comme mon acné de l'époque.
avatar

Chaussure
Jardinier des fleurs du mal
Jardinier des fleurs du mal

Cochon Balance

Emploi/loisirs : Etudiant Beaux-Arts
Date d'inscription : 02/08/2015
Nombre de messages : 361
Avatar © : Chaussure

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  Feunard le Lun 8 Aoû 2016 - 13:19

Ham : Mais tellement xD

Kiz : Ah mais non, celui-ci montre l'avenir, pas le désir, c'pas pareil :tongue:

Chaussure : Ah ouais... Sympa xD
avatar

Feunard
Serial auteur et Hannibal lecteur
Serial auteur et Hannibal lecteur

Chat Vierge

Emploi/loisirs : Etudiante en sciences de l'éducation/Jeux vidéo, kendo, flûte à bec (celtique)
Date d'inscription : 20/04/2015
Nombre de messages : 913
Avatar © : inconnu

Revenir en haut Aller en bas

Re: [écriture][Humour] L'Antre de la Honte (Résurrection !)

Message  mariedanj le Lun 8 Aoû 2016 - 13:29

Feunard, je crois que tu as un talent naturel pour l'absurde... tu devrais suivre ce filon.

Ça décrit les aventures du Seigneur Decapitor, qui tue des ours à main nu pour sauver son village des habitants de la forêt.
Dommage qu'on ne puisse voir ce bijou de Chaussure juvénile xD
avatar

mariedanj
Prosopopée scintillante
Prosopopée scintillante

Serpent Sagittaire

Date d'inscription : 24/09/2015
Nombre de messages : 1743
Avatar © : moi

http://www.mariedanjou.com

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum